Radar participatif : une initiative belge qui fait ses preuves

En Belgique, les riverains préviennent directement le commissariat de police des excès de vitesse dont ils sont témoins dans leur quartier. Retour sur cette initiative.

FRANCE 2

Dans un commissariat de la banlieue chic de Bruxelles (Belgique), mise en place d'un contrôle de vitesse presque ordinaire. Mais cette opération était réclamée par un riverain. Il a envoyé un e-mail sur le site internet de la police spécialement dédié à l'opération "On flashe dans ma rue". Un radar est disposé sur la portion de route pointée du doigt par l'habitant de la commune. En deux heures, 95 voitures sont flashées au-dessus de la vitesse autorisée. Plusieurs sont interceptées.

"Des résultats plus que probants"

52 contrôles ont déjà été réalisés à la demande d'habitants et la police entend bien poursuivre l'opération. "C'est une participation, c'est une coopération et nous arrivons à des résultats plus que probants", remarque Stéphane Marcel, inspecteur principal. Là où les excès sont récurrents, la police installe des radars fixes ou des radars préventifs. Certains tronçons jugés dangereux seront même réaménagés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un gendarme contrôle la vitesse de véhicules avec un radar, le 1er juin 2014, près de Nantes (Loire-Atlantique).
Un gendarme contrôle la vitesse de véhicules avec un radar, le 1er juin 2014, près de Nantes (Loire-Atlantique). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)