Cet article date de plus de trois ans.

Péages sans barrières : "Passer sans s'arrêter, gagner du temps et faire des économies de carburant"

Julien Pontillard, directeur des nouvelles mobilités à la Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France), espère mettre en œuvre le dispositif en Normandie.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un péage autoroutier. (SAMI SARKIS / MAXPPP)

Le mois prochain sera présenté en Conseil des ministres l'avant-projet de loi d'orientation des mobilités. Parmi les propositions, il y a celle de supprimer les barrières de péage afin de fluidifier le trafic sur les autoroutes. Ce système de "freeflow" (flux libre) existe déjà dans d'autres pays européens. "On en attend beaucoup sur des axes français comme en Normandie où on voudrait pouvoir supprimer les bouchons", explique sur franceinfo Julien Pontillard, directeur des nouvelles mobilités à la Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France).

Franceinfo : Supprimer les barrières des péages, est-ce une bonne idée ?

Julien Pontillard : Oui, c'est une bonne idée car ça permet aux personnes qui utilisent les autoroutes de passer sans s'arrêter et donc de gagner du temps et de faire des économies de carburant. L'idée c'est vraiment que demain il n'y ait plus de barrières de péage. Vous continuez sur l'autoroute à 130 km/h sans rien remarquer de particulier. En revanche, il y aura sur les côtés de l'autoroute ou au-dessus à la fois des capteurs pour les badges liber-t par exemple mais aussi des caméras qui prendront en photo les plaques d'immatriculation pour permettre de prépayer ou de post-payer le péage.

Le système a été installé en Grande-Bretagne. Le bilan est-il positif ?

Tout à fait. Il y avait des bouchons régulièrement sur le passage de la Tamise et le "freeflow" a permis de les faire disparaître. Et donc, on en attend beaucoup sur des axes français comme en Normandie où on voudrait pouvoir supprimer ces bouchons. Ça les limitera, ça ne les fera pas disparaître totalement.

Vous seriez partant pour le mettre en place en France ?

Tout à fait. Sanef fait partie du groupe Abertis qui a déjà mis en place et qui gère ces systèmes-là en Angleterre, en Irlande ou au Canada. Ce sont donc des systèmes qu'on aimerait bien installer sur nos autoroutes. Ça dépendra de la typologie des autoroutes. Nous avons des autoroutes en péages ouverts où on s'arrête très régulièrement pour payer des petites sommes et où on espère pouvoir mettre en place ces systèmes-là. Au tout début de l'année prochaine, nous allons mettre en place ce système sur une sortie de l'autoroute A4, à l'est de Metz pour de bon. Cette sortie-là sera en freeflow intégral et on discute avec l'État en anticipation de la loi d'orientation des mobilités pour un déploiement en Normandie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.