Paris : la conductrice qui a percuté cinq personnes sur les Champs-Elysées, dont trois dans un état grave, avait pris du gaz hilarant

Une enquête est en cours pour tenter de connaître les circonstances de l'accident.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Avenue des Champs-Elysées, à Paris. (GOOGLE MAPS)

Mardi 21 septembre vers 21 heures 30, une femme a percuté cinq piétons sur les Champs-Elysées à Paris, a appris franceinfo auprès d'une source policière, mercredi. L'automobiliste a été placée en garde à vue. Selon la mairie du 8e arrondissement, contactée par France Bleu Paris, elle avait pris du gaz hilarant. C'est là qu'elle a accéléré sans le vouloir et percuté plusieurs piétons sur un passage protégé, précise une source policière.

Trois blessés dans un état grave en urgence absolue

La conductrice était au volant d'une Smart lorsqu'elle a percuté le terre-plein d'un passage piéton de la célèbre avenue parisienne. Le véhicule s'est ensuite soulevé avant de percuter cinq personnes. 

Sur les cinq piétons percutés, trois sont dans un état grave en urgence absolue, dont deux présentent un traumatisme crânien et la 3e souffre d'une double fracture à la cheville. Elles ont été admises à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. La conductrice choquée a été transportée à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre avant d'être mise en garde à vue pour mise en danger de la vie d'autrui. Les dépistages de l'alcoolémie et des stupéfiants se sont révélés négatifs.

Des ballons remplis de protoxyde d'azote retrouvés dans la voiture

La passagère qui était dans le véhicule, contactée par franceinfo, confirme l'usage du gaz hilarant et le fait que la conductrice se filmait en train d'en prendre. Selon la maire du 8e arrondissement, Jeanne d'Hauteserre, contactée par France Bleu Paris, des ballons remplis de protoxyde d'azote ont été retrouvés au sein du véhicule. C'est sous l'effet de ce gaz hilarant qu'elle s'est trompée entre les pédales de frein et d'accélérateur. Jeanne d'Hauteserre appelle donc à "revoir le code de la route" : "Il faut intégrer le protoxyde d'azote dans la liste des produits interdits à la consommation au volant", au même titre que l'alcool.

Une enquête a été ouverte pour tenter de connaître les circonstances exactes de l'accident.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.