Obligation du port du casque à vélo : "Cela va décourager un tas de nos concitoyens", redoute la Fédération des usagers de la bicyclette

Une proposition sur l'obligation de porter un casque à vélo est examinée jeudi au Sénat. Le texte, qui prévoit une amende de 135 euros, fait déjà débat.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme transporte des enfants à vélo à Paris, le 8 janvier 2020.  (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Faut-il rendre obligatoire le casque pour les cyclistes ? La question est relancée par la proposition de loi d'un groupe d'élus centristes qui sera étudiée jeudi 13 janvier au Sénat. Elle suggère d'imposer le casque à tous les usagers du vélo, qu'il soit électrique ou non, sous peine d'une amende de 135 euros alors que seul un tiers des cyclistes porte un casque. 

Ilias n'en fait pas partie. Il s'apprête à enfourcher un vélo en libre-service à Paris avec un casque audio pour écouter de la musique en pédalant. "C'est beaucoup plus dangereux, je l'assume entièrement", concède le cycliste. "Mais je ne pense pas que c'est en me menaçant d'avoir une amende que je porterai forcément un casque", ajoute-t-il. 

François Bonneau est le sénateur centriste, qui porte cette proposition. "On peut considérer que c'est une contrainte, mais on peut aussi considérer que c'est un geste qui peut vous sauver", soutient-il. "Pourquoi est-ce que sur le Tour de France, tout le monde porte un casque ?, lance-t-il. Il ne faut pas penser que ça n'arrive qu'aux autres !"

Fausse bonne idée ?

Pourtant la Fédération des usagers de la bicyclette est beaucoup plus réservée. "Le port du casque peut réduire certaines blessures et les traumatismes crâniens, néamoins nous sommes contre l'obligation du casque", affirme Olivier Schneider, son président. "Laisser entendre que le vélo c'est dangereux, c'est décourager tout un tas de nos concitoyens à en faire."

"Au Pays-Bas, pays qui a réussi sa transition cyclable, il y a à peine 2% des gens qui portent le casque et pourtant il y a beaucoup moins d'accidents que chez nous"

Olivier Schneider, président de la Fédération des usagers de la bicyclette

à franceinfo

Pour réduire les accidents, le président de la FUB réclame d'abord de "réduire le trafic automobile, construire des pistes cyclables", plutôt que de pénaliser les cyclistes qui ne porteraient pas le casque. Le casque obligatoire à vélo avait déjà été rejeté par l'Assemblée nationale en 2019. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.