Cet article date de plus de deux ans.

Malgré la diminution de la mortalité routière, pas de "cocorico" gouvernemental sur la limitation à 80 km/h

Le nombre de morts sur les routes françaises a sensiblement baissé au mois d'août par rapport à l’année dernière. S’il ne cache pas sa satisfaction, le gouvernement se refuse à brandir en trophée la limitation de la vitesse à 80 km/h.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La mortalité routière d'août 2018 est en nette baisse par rapport à celle du mois d'août 2017.  (RICHARD DE HULLESSEN / MAXPPP)

Est-ce l'effet de l'abaissement de la vitesse à 80km/h sur les départementales ? Avec 15,5% de victimes en moins par rapport à l’année dernière, le nombre de morts sur les routes françaises a sensiblement baissé au mois d'août, si l’on en croit le dernier rapport de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

"Il ne faut pas se précipiter : il y a un lien mais..."

Un peu plus de 15% de morts en moins sur les routes c'est 46 vies sauvées au mois d'août : de quoi retrouver le sourire. Pourtant, au ministère de l'Intérieur, on reste modeste et on ne brandit pas la baguette magique des 80km/heure. "Il ne faut pas se précipiter, il y a un lien, tempère ainsi Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Mais il faudra se donner le temps de l’analyse : nous avons mis en place des dispositifs pour mesurer exactement la baisse des morts sur le réseau concerné par le ‘80’. C’est une expérimentation, comme l’a dit le président de la République, menée sur deux ans."

Pas de "cocorico", mais une certaine fierté tout de même puisque, selon Emmanuel Barbe, les débats, même vifs, sur l'abaissement de la vitesse sur les routes départementales a eu un impact positif. "L’annonce de mesures fortes, les débats, les polémiques éventuellement, provoquent toujours un surcroît de sécurité routière", rappelle Emmanuel Barbe.

Quand le président Chirac avait annoncé les radars automatiques, les effets sur la baisse de la mortalité ont été immédiats alors qu’il n’y avait pas un seul radar posé !

Emmanuel Barbe

à franceinfo

Seul point noir : la mortalité des cyclistes. Vingt-quatre d'entre eux ont perdu la vie sur les routes françaises en août dernier, soit le plus mauvais chiffre depuis cinq ans. Selon Emmanuel Barbe, de nouvelles mesures doivent être annoncées prochainement sur le sujet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.