Le débat sur la limitation de vitesse à 80 km/h fait son retour

À partir de lundi 2 septembre, l'Assemblée nationale se penche sur le projet de loi d'orientation sur les mobilités. Au final, le choix de la limitation de vitesse reviendra aux départements. Le débat fait toujours rage.

FRANCEINFO

Les accidents survenus sur les routes de Dordogne ont été pointés par la Ligue contre les violences routières. 96 accidents mortels se sont produits dans ce département entre 2013 et 2017. L'objectif de l'association est de sensibiliser les élus dont les territoires sont les plus accidentogènes. Mais le président du conseil départemental de la Dordogne veut revenir à une vitesse limitée à 90 km/h sur 10% de son réseau. "Sur des routes qui sont bien aménagées, qui bénéficient d'un double marquage au sol : un marquage central et du marquage latéral, on peut rouler à 90 km/h", développe Germinal Peiro.

Du cas par cas

La Ligue contre la violence routière veut empêcher un retour en arrière. En plus de sa cartographie, l'association veut envoyer une lettre pour inviter les élus à protéger les automobilistes en maintenant la vitesse à 80 km/h. Les conseils départementaux assurent qu'ils agiront au cas par cas. Le retour du projet de loi d'orientation sur les mobilités a lieu lundi 2 septembre à l'Assemblée nationale. Un amendement en vue de l'assouplissement des 80 km/h déposé par La République en marche sera examiné.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les députés ont donné dans la nuit de jeudi à vendredi 17 mai 2019 leur aval en commission pour laisser aux présidents de conseils départementaux la capacité de déroger aux 80 km/h sur les routes secondaires.
Les députés ont donné dans la nuit de jeudi à vendredi 17 mai 2019 leur aval en commission pour laisser aux présidents de conseils départementaux la capacité de déroger aux 80 km/h sur les routes secondaires. (PASCAL PAVANI / AFP)