Cet article date de plus de quatre ans.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb veut externaliser les contrôles de vitesse

Dans une un entretien aux quotidiens régionaux du groupe Ebra, Gérard Collomb indique vouloir confier à des sociétés extérieures les contrôles de vitesse pour recentrer policiers et gendarmes sur leurs missions de sécurité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Intérieur, Gerard Collomb, à la préfecture de police de Paris, le 1er septembre 2017. (PATRICK KOVARIK / AFP)

La puissance publique veut se délester des "flashs". Gérard Collomb veut confier les contrôles de vitesse des automobilistes à des sociétés extérieures. L'objectif du ministre de l'Intérieur est de recentrer policiers et gendarmes sur leurs missions de sécurité, selon ses déclarations samedi 2 septembre dans un entretien aux quotidiens régionaux du groupe Ebra.

Le ministre juge cette "solution pertinente" pour permettre aux forces de police de se concentrer sur les "missions prioritaires d'enquête, de sécurité""Les communes le font pour les fourrières avec des délégations de service public et cela fonctionne", argumente-t-il.

Hausse de la mortalité routière

Gérard Collomb assure néanmoins que la verbalisation des automobilistes en excès de vitesse "restera de la compétence des policiers" et que les sociétés extérieures "seront rémunérées au forfait et pas en fonction du nombre de PV" (procès-verbaux).

En 2016, la mortalité routière a augmenté pour la troisième année consécutive (3 477 morts) après douze ans de baisse, une première depuis 1972. Les principales causes d'accident restent la vitesse excessive (facteur d'un accident mortel sur trois) et l'alcool (29% des accidents mortels).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.