La conduite dès 17 ans, "une mesure d'attractivité et de responsabilisation des jeunes" selon la députée auteure d'un rapport

Françoise Dumas, députée LREM du Gard, préconise dans un rapport remis au Premier ministre mardi 12 février que les jeunes puissent prendre le volant seuls dès 17 ans. C'est la mesure-phare de ce rapport, qui comporte une vingtaine de mesures.

Les jeunes seuls au volant dès 17 ans ?
Les jeunes seuls au volant dès 17 ans ? (JEAN FRANCOIS FREY / MAXPPP)

"C'est une mesure d'attractivité et de responsabilisation des jeunes", a estimé ce mardi matin la députée LREM Françoise Dumas, qui a remis mardi 12 février au Premier ministre Edouard Philippe un rapport avec une vingtaine de propositions sur le permis de conduire. La plus spectaculaire : la possibilité pour les jeunes qui ont fait la conduite accompagnée de conduire seuls dès 17 ans. Cela permettrait aussi selon l'élue "de rendre la conduite accompagnée beaucoup plus attractive" : "Pour le moment, c'est une méthode qui ne concerne que 24% des jeunes qui passent le permis. On sait pourtant que c'est la méthode la plus sûre, qui évite au maximum l'accidentologie dans les premières heures, les premiers jours et les premiers mois de conduite autonome."

franceinfo : Vous avancez la possibilité de conduire dès l'âge de 17 ans. Pourquoi avancer l'âge de l'obtention du permis ?

Françoise Dumas : C'est dans le cadre de la conduite accompagnée. On sait très bien que c'est le meilleur moyen actuellement pour apprendre à conduire. L'essai à 17 ans, cela permettrait, à partir du moment où on a fait les 20 heures obligatoires [de conduite avec un moniteur] et les rendez-vous pédagogiques, aux jeunes qui ont obtenu le permis, qu'ils peuvent actuellement passer à 17 ans et demi, de pouvoir conduire. Mais évidemment il va falloir réfléchir aux contours de cette capacité à conduire, et de mettre des limites. Peut-être la nuit, mettre des limites horaires.

L'association Prévention routière dit que plus on expose jeunes les personnes à la conduite, plus on les expose aux risques…

Oui, mais c'est vraiment dans le cadre d'un processus de conduite accompagnée qui aurait démarré bien en amont, puisqu'actuellement on peut démarrer la formation dans le cadre de la conduite accompagnée dès 15 ans. Il y aurait bien évidemment ces deux années de formation antérieure avant de pouvoir conduire tout seul.

Ça changerait quoi concrètement ?

C'est pour permettre de rendre la conduite accompagnée beaucoup plus attractive. Pour le moment c'est une méthode qui ne concerne que 24% des jeunes qui passent le permis. On sait pourtant que c'est la méthode la plus sûre qui évite au maximum l'accidentologie dans les premières heures, les premiers jours et les premiers mois de conduite autonome.

Pour la conduite accompagnée, il faut que les parents aient une voiture, aient le temps de conduire avec leurs enfants…

On prévoit aussi des mesures pour développer les accompagnateurs bénévoles, parce que cela peut être d'autres personnes que les parents. Puis cela peut permettre à un certain nombre de jeunes qui doivent se déplacer dans le cadre de leur contrat de travail de conduire, ceux qui sont en apprentissage, sur les territoires les plus éloignés et qui n'ont pas souvent de moyens de communication. Cela leur permettrait de pouvoir développer cette autonomie et cette capacité à pouvoir s'émanciper. Il y a des jeunes qui sont habitués à conduire sur un cyclomoteur, sur un vélo, qui ont déjà une meilleure appréhension du code de la route et du code des mobilités et qui par ce biais-là pourraient être beaucoup plus responsabilisés. C'est une mesure d'attractivité et de responsabilisation des jeunes.