Feux tricolores : ces villes qui veulent les supprimer

Afin de fluidifier le trafic en centre-ville, plusieurs villes envisagent de supprimer leurs feux tricolores.

FRANCE 2

Au total, les carrefours français sont équipés de 30 000 feux tricolores. Des communes comme Niort (Deux-Sèvres), Nantes (Loire-Atlantique), Rouen (Seine-Maritime) ou encore Paris ont commencé à les retirer de leurs centres-villes. Bordeaux (Gironde) compte même supprimer un tiers de ses feux tricolores dans un avenir proche. À Abbeville, dans la Somme, les onze feux tricolores de la commune ont été désinstallés un à un depuis 2010. Dix ont été remplacés par des carrefours giratoires et le dernier par un panneau stop.

14% des accidents enregistrés à des feux

"D'après une étude, 14% des accidents en France surviennent à des carrefours à feux, et c'est 10 000 accidents par ans, 1 500 blessés hospitalisés en environ 150 tués", détaille le journaliste Léopold Audebert sur le plateau du 13 Heures. La suppression des feux a été testée également aux États-Unis ou encore aux Pays-Bas.

Le JT
Les autres sujets du JT
Feux tricolores : ces villes qui veulent les supprimer
Feux tricolores : ces villes qui veulent les supprimer (Capture d'écran France 2)