En Bretagne, un radar flashe 900 automobilistes en 24 heures

Installé près d'une zone de travaux, l'engin suscite la colère de certains automobilistes.

Un radar situé à Golbey (Vosges), en mars 2015.
Un radar situé à Golbey (Vosges), en mars 2015. (MAXPPP)

"C'est un peu le feu d'artifice", commente avec un brin d'humour une automobiliste prise le pied sur l'accélérateur interrogée par RTL. Comme des centaines d'autres, elle s'est fait flasher au volant de sa voiture par un nouveau radar installé sur la commune de Sainte-Marie (Ille-et-Vilaine), sur l'axe Rennes-Redon. Et pour cause : c'est à se demander si l'engin n'a pas été programmé sur le mode rafale. Dès sa mise en service le 7 juillet, ce radar de chantier a flashé pas moins de 900 véhicules en 24 heures, selon Ouest-France, qui voit là un probable record.

Des actes de vandalisme

Contrairement aux radars classques, celui-ci est disposé à titre provisoire à proximité d'une zone de chantier, où la vitesse maximale est réduite à 50 km/h au lieu de 90 km/h en temps normal.

Durant sa première semaine d'activité, soit jusqu'au 15 juillet, aucune contravention n'a été envoyée. Mais depuis cette date fatidique, le radar a été vandalisé. Un conducteur a tenté de l'attaquer en mettant le feu à un plot de chantier. Las : malgré quelques traces de brûlé, le radar continue à flasher. Selon RTL, l'engin peut flasher en double sens et jusqu'à quatre voies en même temps.