Mortalité en hausse, la vitesse première cause d'accident... Ce qu'il faut retenir du bilan 2015 de la Sécurité routière

3 461 personnes sont mortes sur les routes de France métropolitaine en 2015.

Des pompiers en démonstration à Douai (Nord), le 7 mai 2015. 
Des pompiers en démonstration à Douai (Nord), le 7 mai 2015.  (CITIZENSIDE/JOACHIM SAOULI / CITIZENSIDE.COM / AFP)

3 461 personnes ont été tuées sur les routes de France métropolitaine en 2015. Cela représente 77 morts de plus qu’en 2014, selon un bilan annuel publié mercredi 18 mai par l'Observatoire national interministériel à la sécurité routière. "La mortalité routière est ainsi en légère hausse (+2,3%)", par rapport à l'année précédente, indique ce rapport de la Sécurité routière (PDF). Francetv info détaille ce qu'il faut retenir de cette nouvelle enquête :

Les victimes sont surtout des automobilistes 

Plus de la moitié des personnes mortes sur la route se trouvaient dans des véhicules légers : elles sont 1 796 sur 3 461 victimes. Les motards représentent 18% des morts sur la route et les piétons 14%. La mortalité a toutefois reculé pour les piétons (31 morts de moins), les cyclistes (10 morts de moins) et les conducteurs de deux-roues (21 morts de moins). Le nombre d'automobilistes tués a augmenté en 2015, avec 133 personnes tuées en plus en 2015, explique la Sécurité routière.

La mortalité chez les jeunes et les seniors augmente

Les jeunes et les seniors ont été particulièrement touchés, avec 37 décès de plus chez les 18-24 ans, et surtout, 60 décès de plus chez les plus de 65 ans. Ces derniers sont sur-représentés en France dans la mortalité piétonne (43%, contre 9% des moins de 25 ans). Quant aux automobilistes de plus de 65 ans, ils voient également leur taux de mortalité augmenter. De 19% en 2010, la part de mortalité des seniors est passée à 25% en 2015. A l'inverse, le taux de mortalité des jeunes automobilistes est passé de 25% en 2010, à 23% en 2015.

Le nombre de blessés baisse 

"Les blessés hospitalisés, les blessés et les accidents corporels sont en légère baisse (respectivement -0,2%, -3,1% et -2,7%)", poursuit la Sécurité routière. Dans son rapport, elle évoque le chiffre de 35 000 blessés graves en 2015. 70% d'entre eux sont "des usagers vulnérables", indique-t-elle, citant les conducteurs de deux-roues motorisés (43% des blessés graves), les cyclistes et les piétons. 

La vitesse reste la première cause d'accident

Selon ce bilan annuel, dans 32% des cas d'accident mortel, l'auteur présumé de l'accident roulait vite. L'alcool est mis en cause (toujours chez l'auteur présumé de l'accident) dans 21% des cas, suivi par le non-respect des priorités (13%). D'ailleurs, les excès de vitesse sont le premier motif de retrait de points (7,6 millions), suivi du non-respect des règles de priorité (1,9 million).

Le nombre de délits routiers a augmenté

Enfin, la Sécurité routière relève une augmentation de 6% des délits routiers. Celui qui a le plus augmenté est lié à l'usage de stupéfiants (+25%). Arrive ensuite le délit de fuite (+14%). Les délits liés à la consommation d'alcool ont quant à eux baissé de 3,5% entre 2014 et 2015.