Éco : légère hausse des frais bancaires et d'assurance en 2020

Les frais bancaires et tarifs d'assurance devraient augmenter l'an prochain, mais sans flamber, selon plusieurs comparateurs en ligne. Les informations de la journaliste Justine Weyl sur le plateau de France 2.

FRANCE 2

Selon plusieurs comparateurs en ligne, les tarifs bancaires et d'assurance devraient partir à la hausse en 2020. "Pour les frais bancaires, 166 € en moyenne, contre 165,51 € cette année, soit 0,49 € de plus. Dans le détail, les frais de tenue de compte augmenteront de 0,8% en moyenne. L'envoi d'un chéquier par lettre recommandée coûtera 2,54% plus cher, +1,37% pour une carte bancaire classique. Une bonne nouvelle : le coût d'une carte bancaire à débit différé diminue : -0,11% en moyenne", indique la journaliste Justine Weyl sur le plateau de France 2. Les assurances vont elles aussi coûter un peu plus cher. "Hausse raisonnable, mais hausse tout de même :+1% pour les contrats d'assurance habitation, et +0,5% pour les assurances auto", ajoute-t-elle.

Les chiffres de la Sécurité routière restent stables

Ces augmentations sont finalement assez limitées. Comment cela s'explique-t-il ? "Pour les contrats d'habitation, parce que le coût des événements climatiques est resté plutôt stable cette année. Attention : ces estimations ne tiennent pas compte des inondations qui ont lieu depuis quelques semaines dans le sud de la France. Aussi, parce que les tarifs ont tellement augmenté, +35% en dix ans, que le secteur des assurances se porte suffisamment bien. Enfin, parce que les consommateurs font plus jouer la concurrence. Pour ce qui est des contrats auto, cette hausse modérée s'explique pour deux raisons : parce que les chiffres de la Sécurité routière sont plutôt stables et parce que ces contrats sont souvent des produits d'appel pour les assureurs", conclut-elle. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les factures des mutuelles, assurances et frais bancaires s\'annoncent salées pour 2017
Les factures des mutuelles, assurances et frais bancaires s'annoncent salées pour 2017 (LOIC VENANCE / AFP)