Dégradation des radars : l'État va perdre 660 millions d'euros de recettes fiscales sur deux ans

Les trois quarts des radars ont été dégradés en France, selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Un radar tagué dans les Pyrénées-Orientales, le 30 novembre 2018.
Un radar tagué dans les Pyrénées-Orientales, le 30 novembre 2018. (SÉBASTIEN BERRIOT / FRANCE-BLEU ROUSSILLON)

Les destructions des radars, entamées à l'été 2018, sont à l'origine d'un manque à gagner de plus de 660 millions d'euros de recettes fiscales pour le budget de l'État sur 2018 et 2019, a appris franceinfo auprès du ministère de l'Économie et des Finances, confirmant une information des Échos.

Selon Bercy, les pertes de recettes s'élèvent à 209 millions d'euros sur 2018, par rapport aux 928 millions d'euros provisionnés. Sur l'année 2019, elles devraient atteindre 455 millions d'euros.

75% des radars dégradés

Les destructions de radars ont démarré à l'été 2018, après l'annonce du gouvernement d'abaisser la limitation de vitesse à 80 km/h sur certaines routes départementales. Elles ont continué en marge de la mobilisation des "gilets jaunes". Le 1er mars 2019, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait déclaré que 75% des radars avaient été dégradés.

La dégradation des radars est aussi à l'origine, selon la Sécurité routière, de l'augmentation du nombre de morts sur les routes en février 2019 (+ 17,1%).