Cet article date de plus d'un an.

"C'est un réseau qui a fait des milliers de dénonciations frauduleuses" : une mystérieuse femme en Allemagne a reçu 600 PV à la place de conducteurs français

Seize personnes ont été convoquées devant le tribunal de police de Lille, soupçonnées d'avoir accusé une femme après un PV pour éviter de perdre des points sur leurs permis. 

Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un agent verbalise un véhicule mal stationné. (Illustration).  (DOMINIQUE GUTEKUNST / MAXPPP)

Un réseau qui permettait à des automobilistes de dénoncer une fausse conductrice a été démantelé, rapportent nos confrères de France Bleu Nord. Seize prévenus ont été convoqués mardi 23 avril devant le tribunal de police de Lille. Ils ont tous été pris en flagrant délit d'infraction routière. Tous nient les faits et affirment que ce n'était pas eux qui conduisaient. Ils désignent tous la même jeune femme, une Serbe née en Allemagne. L'objectif était d'éviter de perdre des points. 

Les contacts se faisaient via Snapchat 

En moins d'un an, la mystérieuse jeune femme s'est vu attribuer 600 PV en 2018. Mais elle n'habitait pas à l'adresse indiquée et l'infraction n'était pas régularisée. Le centre national de traitement des infractions routières s'est rendu compte qu'il s'agissait d'un véritable business.

C'est en effet un réseau qui se cachait derrière cette fraude, révèle France Bleu Nord. Les contacts se faisaient via la messagerie Snapchat et deux bars, l'un à Lille, l'autre à Loos, servaient de points de rendez-vous. Le contrevenant apportait son PV qui était photographié et le réseau se chargeait de la dénonciation, moyennant compensation financière, par exemple 110 euros pour échapper à un point de retrait et 45 euros d'amende. "Nous sommes sur un réseau qui a fait peut-être plusieurs milliers de dénonciations frauduleuses, explique Frédéric Carré, officier du ministère public suppléant au tribunal de police de Lille. C'est national, concentré essentiellement sur la région Nord-Pas-de-Calais mais pas seulement, j'ai des exemples sur Nancy, ajoute-t-il. "L'ampleur est vraiment considérable", selon lui.

L'affaire ne s'arrêtera pas là. Selon France Bleu Nord, le parquet de Lille va ouvrir une enquête pour faux et usage de faux. En attendant, certains des prévenus sont repartis avec une grosse amende et une suspension de permis.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.