Accidents de la route : le portable en accusation

Les automobilistes français sont encore nombreux à utiliser leur téléphone portable au volant. Des mesures dissuasives sont progressivement mises en place.

Voir la vidéo
France 2

Le car d'une colonie de vacances a été percuté par un camion, dans l'Aisne. À bord, 28 enfants choqués, dont 7 hospitalisés. Quelques secondes avant l'accident, le chauffeur du poids lourd aurait utilisé son portable. Le téléphone au volant a été impliqué dans la mort de 310 personnes sur les routes en 2016. Les automobilistes sont pourtant encore nombreux à avouer l'utiliser. Malgré les campagnes de sensibilisation de la Sécurité routière, 9 Français sur 10 utiliseraient leur smartphone en voiture.

Des règles plus strictes

Au-delà de la prévention, l'arsenal répressif a aussi été renforcé. Au volant aujourd'hui, les téléphones, écouteurs, casques et kits mains libres sont interdits. En cas d'infraction, l'automobiliste risque 135 € d'amende et 3 points en moins sur son permis. Selon certains spécialistes, il faudrait même interdire les systèmes intégrés au véhicule, comme le Bluetooth. Dès l'an prochain, les sanctions vont se durcir : en cas d'infraction et d'utilisation du portable, les automobilistes risqueront jusqu'à 6 mois de suspension de permis.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un automobiliste utilise son téléphone portable derrière le volant, en Belgique, le 17 novembre 2017. 
Un automobiliste utilise son téléphone portable derrière le volant, en Belgique, le 17 novembre 2017.  (PHILIPPE CL?MENT / BELGA MAG / AFP)