Mort d'Hubert Germain : la classe politique salue un "acteur de notre histoire" qui "incarnait l'esprit de résistance"

François Hollande, Marine Le Pen ou encore Xavier Bertrand ont rendu hommage au dernier Compagnon de la Libération, dont la mort a été annoncée mardi par la ministre des Armées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Compagnon de la Libération Hubert Germain lors d'une interview à l'hôtel des Invalides, à Paris, le 28 août 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Des éloges unanimes. De nombreux membres de la classe politique ont rendu hommage, mardi 12 octobre, à Hubert Germain, le dernier Compagnon de la Libération mort à l'âge de 101 ans. "Le Mont-Valérien accueillera le corps de ce résistant de la première heure, héros de Bir Hakeim et du Débarquement de Provence, qui reconquit notre liberté et reconstruisit notre patrie", a annoncé le chef de l'Etat, Emmanuel Macron. "En mémoire d'Hubert Germain et de tous ses compagnons qui sauvèrent l'honneur de leur patrie, la France s'incline respectueusement. Elle sait ce qu'elle leur doit, a réagi le Premier ministre, Jean Castex. Plus que jamais, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas."

Rappelant qu'Hubert Germain avait été député de Paris, le président (LREM) de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a salué  un "acteur de notre histoire". "Résistant, combattant, symbole de dignité et d'engagement républicain. Son destin et celui de tous ses frères Compagnons de la Libération se confondent aujourd’hui en un seul message éternel de courage et de liberté", a estimé l'ancien chef de l'Etat François Hollande sur Twitter.

"Il incarnait l'esprit de résistance, d'abnégation et de sacrifice au service de la France. Son exemple, comme ceux des autres combattants de la France libre, doivent continuer de nous inspirer", a estimé le candidat à la présidentielle et président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand. "Hubert Germain s'est engagé pour la France libre à seulement 20 ans. Cette abnégation est un appel à ne jamais faiblir et à porter toujours haut la flamme de l'héroïsme", a pour sa part déclaré Marine Le Pen, candidate du RN à la présidentielle, dans un message posté sur Twitter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Seconde Guerre mondiale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.