Restos du cœur : Michel, l'un des visages de l'association

Les Restos du cœur ont ouvert leurs portes, mardi 27 novembre, dans une ambiance morose. Les dons sont à la baisse.

FRANCE 2

Les Restos du cœur ont reçu un tiers de chèques de moins que l'an dernier à la même époque. Les bénévoles, eux, restent fidèles au rendez-vous. C'est le cas du retraité Michel Lota, à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il apporte des gâteaux et des viennoiseries, les derniers produits avant l'ouverture. À 66 ans, il est une figure de ce petit centre des Restos du cœur. Il démarre sa vingtième campagne d'hiver, avec le sourire. "On ne les accueille pas froidement parce qu'on est là pour les détendre un peu. C'est compliqué de venir pour la première fois", explique-t-il.

"Apporter un peu de bonheur, c'est ça qui me plait"

Il commence par aider Sandra de Turck, qui est bénéficiaire depuis quatre ans. "Dans une situation un peu précaire comme la mienne, ils sont là pour nous aider et pour nous soutenir", confie-t-elle. Avant d'aider les autres, Michel Lota a lui-même vécu une période difficile. Un divorce en 1996 et un mois passé à dormir dans sa voiture : c'est le déclic de son engagement bénévole. "Je me suis dit, il y en a qui sont pires que moi et il faut essayer de leur apporter un peu de bonheur, c'est ça qui me plait", ajoute-t-il. Depuis sa retraite, il vient trois jours par semaine. Comme lui, en France, 72 000 bénévoles s'engagent chaque année pour les Restos du cœur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Michel Lota, membre des Restos du Cœur de Marseille (Bouches-du-Rhône). 
Michel Lota, membre des Restos du Cœur de Marseille (Bouches-du-Rhône).  (FRANCE 2)