"Savoir si mon fils est gay" : un article homophobe d'une entreprise française d'espionnage informatique provoque un tollé

L'activité de cet éditeur informatique a été dénoncé par l'Amical des jeunes du refuge, une association qui vient en aide aux personnes victimes d'homophobie.

Capture d\'écran d\'un article homophobe mis en ligne par le site Fireworld, désormais dépublié. 
Capture d'écran d'un article homophobe mis en ligne par le site Fireworld, désormais dépublié.  (FIREWOLRD)

Le site, repéré par l’Amicale des jeunes du Refuge, a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. L'association de lutte contre l'homophobie a dénoncé, lundi 21 août, dans une série de tweets, les activités de Fireworld, une entreprise informatique française, qui propose aux parents des logiciels espions pour découvrir si leur enfant est homosexuel.  

Dans un article, intitulé "savoir si mon fils est gay", l'éditeur de logiciel distille une série de clichés homophobes à destination des parents. Plusieurs stéréotypes sont présentés comme "indices", pouvant "faire pencher la balance du côté de l’arc-en-ciel multicolore" : "il aime prendre soin de lui", "le football et autres sports similaires ne l'intéressent pas". Libération en liste plusieurs. 

Un article écrit par un auteur "extérieur" à l'entreprise, se justifie Fireworld

La page a depuis été supprimée. Interrogé sur activités, Fireworld a répondu brièvement à franceinfo : "Cet article a été écrit par un extérieur et ne reflète pas les idées de Fireworld. Nous contacterons l'auteur de l'article dès son retour de vacances, à savoir le 27 août", explique l'entreprise, par mail. 

Une justification complètement différente de celle donnée à Libération. Au journal, Fireworld a affirmé que l'article avait pour "seul but d’améliorer le référencement internet sur les moteurs de recherche" et qu'il n’était pas destiné "à être lu par des humains". "Nous présentons nos excuses les plus sincères à tous ceux et à toutes celles qui auraient pu se sentir blessés par ces contenus", ont-ils continué. 

"Homophobie et sexisme prennent racine dans les mêmes stéréotypes"

Alertée, la secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes a affirmé, sur Twitter, que cette affaire "démontre qu'homophobie et sexisme prennent racine dans les mêmes stéréotypes de genre".