Tirs à proximité d'une mosquée à Paris : la piste d'un règlement de comptes est privilégiée

La piste du règlement de comptes est privilégiée, après des tirs à proximité d'une mosquée dimanche 8 mars à Paris, a appris franceinfo de sources proches de l'enquête.

La mosquée Adda\'wa, rue de Tanger, dans le 19e arrondissement de Paris. Elle avait été visée par une attaque en 1997.
La mosquée Adda'wa, rue de Tanger, dans le 19e arrondissement de Paris. Elle avait été visée par une attaque en 1997. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Une personne casquée qui pénètre dans une mosquée et tire plusieurs coups de feu sur une personne : c'est la scène qui s'est produite vers 20h ce dimanche 8 mars dans le 19e arrondissement de Paris, à la mosquée Addawa.

La piste du règlement de comptes est privilégiée, a appris franceinfo de sources proches de l'enquête. Le tireur est entré vers 20h dans la cour intérieure qui mène à la  mosquée dite "de Stalingrad", rue de Tanger, dans le 19e arrondissement de Paris.

La victime en urgence absolue

Il a visé une personne présente dans la cour et a tiré plusieurs coups de feu à son encontre, avant de prendre la fuite rapidement. Touchée aux jambes, la victime a été prise en charge mais se trouvait dimanche soir en urgence absolue.

Le maire du 19e arrondissement, François Dagnaud, a apporté son soutien aux fidèles, sur Twitter :

Une enquête est ouverte, elle est confiée au deuxième district de police judiciaire.

La mosquée de Stalingrad est gérée par l'Acima, l'association cultuelle islamique mosquée Adda’wa.