Religion : Mgr Olivier de Germay, le nouvel archevêque du diocèse de Lyon, prend officiellement ses fonctions

Après l'affaire Preynat et la démission du Cardinal Barbarin, charge à Olivier de Germay de redonner confiance aux catholiques lyonnais. Mais sa nomination fait déjà grincer des dents chez les plus progressistes.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Monseigneur Olivier de Germay, archevêque de Lyon, lors d'une conférence de presse, le 22 octobre 2020. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Six mois après les adieux officiels du Cardinal Barbarin, le diocèse de Lyon accueille enfin son archevêque, dimanche 20 septembre, avec une messe d'installation dans l'après-midi en la cathédrale Saint-Jean-Baptiste. Olivier de Germay succède à Philippe Barbarin, démissionnaire après son procès en appel dans l'affaire Preynat.

>> TÉMOIGNAGE FRANCEINFO. "J'aurais dû être beaucoup plus combatif" : Mgr Barbarin dit sa vérité sur l'affaire Preynat

Olivier de Germay, 60 ans, est un jeune archevêque à l'échelle de l'Église. Cet un ancien militaire formé à Saint-Cyr, parachutiste. Sa vocation lui est venue sur le tard. Un profil qui plaît à priori parmi les fidèles. "Il amène un renouveau pour l'Église", affirme l'une d'entre elles. "Ça faisait longtemps qu'on attendait, et c'était un peu une surprise. Mais bon, j'espère que ça sera une bonne surprise. C'est une personnalité un peu atypique alors c'est pas mal", développe un autre fidèle. "Il est jeune, et je pense qu'il est nécessaire d'être en bonne santé pour un diocèse comme Lyon. Il aura du pain sur la planche", prédit une catholique lyonnaise.

Un archevêque conservateur

Sa nomination fait grincer des dents chez les plus progressistes. Une pétition circule pour réclamer au pape des évêques moins conservateurs. Olivier de Germay a manifesté contre le mariage pour tous. Il n'est pas favorable à la communion des divorcés remariés. Le diocèse de Lyon présente un CV plus complet : "Il est très attentif aux plus pauvres, explique Emmanuel Gobillard, son adjoint, évêque auxiliaire. Avec l'énorme besoin qu'on aura de soutenir ceux qui vont vivre une nouvelle précarité, il y a vraiment une priorité dans ce domaine. Il est très proche des questions écologiques, de la bioéthique aussi, ce sont des sujets qui touchent beaucoup le pape."

"L'archevêque de Lyon est un choix personnel du pape. Je pense qu'il va être surprenant, vous n'arriverez pas à le faire entrer dans des cases. C'est un homme très profond, et aussi très spirituel."

Emmanuel Gobillard, évêque auxiliaire

à franceinfo

Et comment affrontera-t-il les séquelles de cette affaire dont on ne peut pas faire abstraction et qui a contraint le cardinal Barbarin à la démission : le père Preynat et sa pédophilie passé sous silence ? Le nouvel archevêque en a dit quelques mots sur les ondes de la radio chrétienne RCF Lyon : "Les victimes sont les premières personnes, bien sûr, qui ont souffert. C'est la première chose à prendre en compte. Après, c'est vrai que je me rends compte de plus en plus que les catholiques ont souffert. J'ai senti ça très fort dans mes rencontres : l'idée qu'on passe à autre chose. Bien sûr cela ne veut pas dire qu'on tire un trait, ou qu'on efface tout parce qu'il y a des victimes, et puis, il y a la prévention qui demeure."

"Mais, tous ces conflits qu'il y a eu. Maintenant, il faut vraiment passer à autre chose et se recentrer sur la mission."

Olivier de Germay, archevêque de Lyon

à franceinfo

Lyon est un diocèse dynamique, le deuxième de France, avec 300 prêtres et pas moins de 600 églises.

Comment les catholiques lyonnais appréhendent l'arrivée de leur nouvel évêque ? Un reportage de Mathilde Imberty.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Religion

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.