Vidéo Séparatisme : le débat autour du projet de loi "participe à fracturer le pays" selon Alexis Corbière

Publié
Article rédigé par
Radio France

Les députés se prononcent mardi en première lecture sur le projet de loi "confortant le respect des principes de la République". Le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, qui va voter contre, critique un contexte général..

Le débat autour du projet de loi sur le séparatisme "participe à fracturer le pays plutôt qu'à cibler les vrais problèmes", a déclaré Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, mardi 16 février sur franceinfo. Les députés se prononcent en première lecture sur le projet de loi.

"Il y a eu pendant deux jours des débats pendant lesquels on a dit il faut interdire le foulard partout. Ce n'est pas l'intention du gouvernement, mais ça ouvre la porte à ce débat, plus personne n'y comprend rien", a-t-il affirmé avant de dénoncer le débat sur France 2 entre Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur et Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national. "Ce n'est pas utile, ça contribue à fracturer le pays plutôt qu'à faire de la concorde nationale et à cibler les vrais problèmes", assure-t-il.

Alexis Corbière a aussi critiqué "un contexte qui donne l'impression que parce que les associations cultuelles musulmanes sont mal organisées, c'est le terreau du terrorisme. Intellectuellement, sur la base de ce que les spécialistes nous disent, je ne suis pas d'accord."

Les mosquées ne sont pas le lieu dans lequel s'organisent les terroristes.

Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis

à franceinfo

Il a aussi dénoncé "un regard parfois un peu paternaliste qui consiste à dire que 'ces musulmans, il faut qu'ils s'organisent autrement'", et une "charte dans laquelle on dit qu'il ne faut pas qu'il y ait de prosélytisme abusif. Mais moi je suis pour qu'on ne subventionne pas du tout des gens qui font du prosélytisme, donc qu'est-ce que ça veut dire prosélytisme abusif ?", a-t-il demandé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.