Vidéo Loi sur les séparatismes : "Ceux qui souhaitent prendre des mesures encore plus dures sont les idiots utiles des islamistes", dit Gérald Darmanin

Publié
Article rédigé par
Radio France

"La religion n'est pas l'ennemie de la République", insiste le ministre de l'Intérieur.

"Ceux qui souhaitent absolument prendre des mesures encore plus dures, encore plus difficiles, encore plus polémiques, simplement pour se refaire la cerise politique, sont les idiots utiles des islamistes", a déclaré lundi 1er évrier sur France Inter Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur. Il était interrogé sur le projet de loi "confortant le respect des principes républicains", examiné à partir de lundi par l'Assemblée nationale. À cette occasion, Gérald Darmanin signe un livre intitulé Le séparatisme islamiste, manifeste pour la laïcité, aux Éditions de l'Observatoire.

"Le premier des buts de ce projet de loi est de lutter contre le séparatisme islamiste. Mais il y a d'autres séparatismes et ce projet de loi couvre heureusement bien d'autres sujets", affirme le ministre de l'Intérieur, justifiant ainsi l'abandon du mot "séparatisme" dans l'intitulé du projet de loi.

Une "bonne position d'équilibre"

Gérald Darmanin dit "comprendre" les débats que soulève ce texte. "Nous ne voulons pas la fausse naïveté d'une certaine gauche qui considère qu'il n'y a pas de problème. Toute la gauche ne pense pas ça, mais une certaine gauche dit 'il n'y a pas de problème'". Interrogé sur les propos de Jean-Luc Mélenchon, qui estime que ce texte est contre les musulmans, le ministre répond : "On voit bien que c'est excessif. Et d'ailleurs, c'est justement l'argument contraire de ce que nous reproche une certaine droite. Donc, je pense que nous avons une bonne position d'équilibre. C'est ce que dit M. Mélenchon, mais ce n'est pas ce que disent les communistes, par exemple, qui évoquent le fait que ce texte apporte de vraies solutions". Il se dit prêt à accepter "beaucoup d'amendements" et souligne "le travail très républicain qu'a fait Mme Buffet".

Le ministre mais en parallèle "la naïveté" de cette "certaine gauche", et "une certaine droite pousse à l'hystérie". Il y a "des gens qui veulent en faire plus que quand ils étaient au pouvoir. Je constate malheureusement que les dispositions que nous prenons, On aurait dû les prendre, bien, bien avant, puisque nous sommes dans un long mécanisme malheureusement d'occupation par le séparatisme, et notamment le séparatisme islamiste. Et cette hystérie aura comme inconvénient de pousser vers les islamistes tous les musulmans qui respectent parfaitement les lois de la République."

Il ne s'agit pas de "supprimer les expressions religieuses"

"Les expressions religieuses qui peuvent passer par le vêtement ne sont pas les ennemis de la République", ajoute Gérald Darmanin en réponse à la proposition de certains députés d'encadrer le port du voile islamique, Aurore Bergé souhaitant notamment l'interdire pour les petites filles. "Ce débat a eu lieu en commission. J'ai essayé de faire comprendre aux parlementaires, quel que soit leur bord politique, que ce n'est pas une bonne chose d'aller vers ce point de vue (…) Nous ne sommes pas dans un texte qui vise à supprimer les expressions religieuses."

"Nous devons donner à tous les musulmans qui respectent les lois de la République l'entièreté de leurs possibilités de liberté, notamment l'expression religieuse. f", répète le ministre de l'Intérieur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.