Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Accusations d'"islamo-gauchisme" : Jean-Luc Mélenchon s'est-il fait piéger en participant à la Marche contre l'islamophobie de novembre 2019 ?

Le leader de La France insoumise a-t-il eu tort de s'afficher à la Marche contre l'islamophobie ? Depuis qu'il y a participé aux côtés du CCIF, désormais dissous, Jean-Luc Mélenchon se voit taxé par ses détracteurs d'"islamo-gauchiste"... Un extrait de "Complément d'enquête" sur ces élus accusés de complaisance envers les islamistes.

Le 10 novembre 2019, quelques jours après l'attaque contre la mosquée de Bayonne, une Marche contre l’islamophobie divisait la gauche française. Les polémiques ont commencé avec la tribune appelant à manifester, et certains mots choisis par ses auteurs. Dans la ligne de mire de certains organisateurs, la loi du 15 mars 2004 qui, en application du principe de laïcité, encadre le port de signes ostentatoires religieux à l'école. Son abrogation est l'une des principales revendications des islamistes. 

Un appel à manifester qui divise la gauche 

Parmi les signataires de cette tribune, à côté du nom de Jean-Luc Mélenchon et d'autres figures de gauche, il y avait notamment le Collectif contre l'islamophobie en France, le CCIF, "auto-dissous" le 27 novembre 2020, puis dissous par le Conseil des ministres le 2 décembre.

A la vue de cette tribune et de son mot d'ordre, l'ensemble du Parti socialiste, tout comme Marie-George Buffet, du Parti communiste, et Yannick Jadot, d'Europe Ecologie Les Verts, ont refusé de se rendre à la marche. Gênés, certains élus de La France insoumise ont botté en touche, tel François Ruffin, qui déclarait préférer "jouer au foot".

Quelques pancartes ou photos polémiques

Au cours de la marche elle-même, malgré une ambiance bon enfant, quelques pancartes ou photos ont parfois suscité le malaise. Comme une pancarte portant l'inscription "Hier c'était les juifs, aujourd'hui les musulmans", ou une photo montrant une petite fille arborant une étoile jaune, symbole de la persécution des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il y a eu aussi un cri, perçu comme une provocation : on a demandé à la foule de scander "Allahu akbar", "parce qu'on en a marre que des médias fassent passer cette expression religieuse pour une déclaration de guerre".

La gauche républicaine "doublée par des islamistes" ?

Depuis qu'il a participé à cette manifestation, Jean-Luc Mélenchon, notamment, est accusé d'"islamo-gauchisme" par ses détracteurs. Le leader de La France insoumise a-t-il eu tort de s'afficher à cette marche aux côtés du CCIF ? Sans remettre en cause la légitimité de cette manifestation pour la gauche républicaine, l'éditorialiste politique Thomas Legrand pense que "sur le plan des valeurs, ce n'était pas une bonne idée. Ils [la gauche républicaine] se sont fait doubler par des islamistes, parce que ce sont des islamistes qui ont appelé à cette manifestation". Selon l'éditorialiste, "Jean-Luc Mélenchon a cru pouvoir la teinter d'une autre couleur en y allant, [mais] ce n'est pas ce qu'on a retenu... et il était dedans quand même".

Extrait de "Gauche : le piège du communautarisme", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 10 décembre 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Elus et islam : \"Complément d\'enquête\" revient sur une Marche contre l\'islamophobie très polémique
Elus et islam : "Complément d'enquête" revient sur une Marche contre l'islamophobie très polémique (COMPLÉMENT D'ENQUÊTE/FRANCE 2)