Religion et laïcité : l'Assemblée nationale s'emballe

Après l'attaque de la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), les réactions politiques sont nombreuses et vives à l'Assemblée nationale, mardi 29 octobre.

FRANCEINFO

Mardi 29 octobre, au lendemain de l'attaque d'une mosquée à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) qui a fait deux blessés, Jean-Luc Mélenchon s'adresse au Premier ministre à l'Assemblée nationale. "Il est le résultat évident d’une écœurante et odieuse séquence de stigmatisation des musulmans", assure le président de La France insoumise. Édouard Philippe esquive toute polémique et appelle au consensus républicain : "Vous avez raison. Dans une république sûre de ces principes, nous pourrions tous ensemble considérer qu’il n’y a qu’une seule communauté : la communauté nationale". Fait rare : le groupe LFI a applaudi le Premier ministre.

Moment d'unité de courte durée

Le PS a pointé la responsabilité du gouvernement et dénonce les propos haineux de l'extrême droite. Pour sa part, le Rassemblement national se dédouane de toute responsabilité dans ce qu’il s’est passé. "La responsabilité ne sera jamais celle de ceux qui dénoncent ce qui ne va pas dans notre société ou alors ça veut dire qu'il faut se taire et ne plus rien dire", a défendu Sébastien Chenu, député RN. Pressé par les députés de s'exprimer sur la laïcité, Emmanuel Macron doit éclaircir sa position.

Les députés à l\'Assemblée nationale, à Paris, le 31 juillet 2018.
Les députés à l'Assemblée nationale, à Paris, le 31 juillet 2018. (GERARD JULIEN / AFP)