Non, les enfants musulmans n'auront pas un numéro d'identifiant à l'école

Une journaliste américaine a affirmé que la France allait adopter une mesure pour attribuer un numéro à chaque élève musulman. Cette intox est liée à une mauvaise lecture du projet de loi contre "les séparatismes".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron, le 2 octobre 2020, aux Mureaux dans les Yvelines au moment de présenter les grandes lignes du projet de loi contre les séparatismes.  (LUDOVIC MARIN / POOL/MAXPPP)

Est-ce que la France va ficher les enfants musulmans à l'école ? Cette accusation tourne depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux après avoir été relayée sur twitter par une journaliste américaine du Washington Post samedi 21 novembre. Cette intox trouve son origine dans le projet de loi contre "les séparatismes", renommé depuis projet de loi "confortant les principes républicains", et qui doit être présenté le 9 décembre en Conseil des ministres. La Cellule vrai du faux vous explique pourquoi cette histoire est fausse. 

Une erreur d'interprétation 

Depuis plusieurs semaines, ce projet de loi contre "les séparatismes" suscite des controverses à l'étranger. Le week-end dernier, Karen Attiah, journaliste au Washington Post, en a remis une couche en affirmant ceci : "Emmanuel Macron veut donner un numéro d'identifiant à tous les enfants musulmans scolarisés." Cette affirmation est fausse comme l'a précisé Cédric O, secrétaire d'Etat chargé du numérique, sur twitter. "Les démocraties ne peuvent pas lutter contre les fausses nouvelles et la désinformation si les journalistes 'sérieux' ne font pas la vérification des faits de base", a-t-il affirmé.  

La journaliste américaine s'est probablement appuyée sur un article du site britannique muslimvibe qui affirmait, vendredi 20 novembre, que les enfants musulmans français auront un numéro d'identifiant. Dans son article en ligne, le journal a ensuite publié un correctif et s'est excusé pour son erreur : "Une version antérieure de cet article indiquait à tort que les numéros d'identification seraient exclusivement réservés aux enfants musulmans en France. Cela a été modifié pour refléter le fait que les mesures draconiennes seront en place pour tous les enfants." Karen Attiah a ensuite supprimé son tweet et s'est également excusée. 

Si le projet de loi propose effectivement un identifiant, il concerne en fait tous les enfants en âge d'être scolarisés, sans distinction, comme l'atteste l'article 20. Cet INE, que l'on retrouve par exemple sur le relevé de notes du bac, n'est pas attribué aujourd'hui aux élèves qui font l'école à la maison ou dans des établissements hors contrat. L'objectif est de leur en attribuer un pour pouvoir mieux suivre leur scolarité. "J'ai remarqué que dans certains quartiers, il y a plus de petits garçons que de petites filles alors que statistiquement on sait que plus de petites filles naissent", avait expliqué au Figaro Gérald Darmanin. "C'est un scandale de ne pas voir ces petits 'fantômes' de la République ni à l'école Laïque, ni à celle sous contrat et ni même à l'école hors contrat", avait-il conclu. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.