Hauts-de-France : un imam menacé d'expulsion pour incitation à la haine

Hassan Iquioussen, imam dans la région de Valenciennes, doit être expulsé par arrêté ministériel. Dans ses prêches, il appelle à la haine et la violence, notamment contre la communauté juive, selon le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Ce que l'intéressé et son avocate contestent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, devant le palais de l'Elysée à Paris, le 29 juillet 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé jeudi 28 juillet 2022 sur Twitter l'expulsion d'Hassan Iquioussen. Selon le ministre, cet imam, proche des Frères musulmans, "tient depuis des années un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes."

Des prêches à 30 millions de vues sur YouTube

Hassan Iquioussen, 59 ans, est très actif sur les réseaux sociaux. Il possède une chaîne YouTube qui était suivie le 29 juillet 2022 par 172 000 personnes et une page Facebook comptant 43 000 abonnés. Selon l'arrêté ministériel d'expulsion que franceinfo a pu consulter, l'imam réalise depuis les années 2000 des prêches en vidéo, reccueillant jusqu'à 30 millions de vues. Certaines de ses vidéos préconisent de "ne pas suivre les lois de la République", remettant en question la réalité des attentats commis par Daech, affichant une sympathie pour Oussama Ben Laden, s'opposant à la laïcité. Selon l'arrêté, Hassan Iquioussen représente donc "une menace grave pour l'ordre public." Le 22 juin dernier, la commission départementale d'expulsion des étrangers a donné un avis favorable à son expulsion.

Hassan Iquioussen conteste avoir tenu des propos violents

L'imam se défend dans un message posté sur Facebook.

"Il m’est reproché de tenir des propos discriminatoires voire violents, ce que je conteste avec force."

Hassan Iquioussen

sur Facebook

L'imam est né en France, il a 5 enfants et 15 petits-enfants français. Il dit avoir enseigné le français, avoir demandé à deux reprises la nationalité française, en vrain. Il explique ne connaître le Maroc, son pays d'origine, qu'à travers de courtes vacances.

Selon son avocate, Me Lucile Simon, si Hassan Iquioussen a pu tenir des propos antisionnistes virulents dans des vidéos en 2000, il s'en est excusé. Elle souligne que son client n'a jamais été poursuivi ni condamné pour aucun de ses propos, ni aucun de ses prêches. Hassan Iqioussen reste, selon son avocate, un défenseur du vivre ensemble, de la laicité, engagé contre l'intégrisme. Elle dénonce un "opportunisme politique" qui s'inscrit "dans un climat nausaéabond visant une minorité religieuse". L'avocate envisage un référé devant le tribunal administratif et une saisine de la Cour européenne des Droits de l'homme. Des recours qui ne permettront pas de suspendre l'arrêté ministériel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Laïcité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.