Etats généraux de la laïcité : "Il reste une immense pédagogie à faire", estime l'essayiste Caroline Fourest

L'essayiste et éditorialiste Caroline Fourest, qui participera aux Etats généraux de la laïcité annoncés par la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa juge qu'il y a "encore beaucoup de malentendus empoisonnés qui font des dégâts terribles parmi les jeunes".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.

"Il reste une immense pédagogie à faire", a estimé dimanche 18 avril sur franceinfo l'essayiste et éditorialiste Caroline Fourest, alors que la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a annoncé la tenue d'"Etats généraux de la laïcité" qui donneront notamment lieu à une "grande consultation" auprès des jeunes. Caroline Fourest, qui participera à ces Etats généraux juge qu'il y a "encore beaucoup de malentendus empoisonnés qui font des dégâts terribles parmi les jeunes".

franceinfo : Qu'attendez-vous de ces états généraux de la laïcité ?

Caroline Fourest : La laïcité, c'est un débat permanent, mais c'est un débat où il y a encore beaucoup de malentendus empoisonnés qui font des dégâts terribles parmi les jeunes. Regardez les sondages. Plus de la moitié des jeunes pensent que critiquer les religions, c'est être raciste et quelque chose qu'il faut condamner. Après tous les meurtres que nous avons subi, voir que la jeunesse déserte la défense de la liberté d'expression et la laïcité, c'est très inquiétant. Donc, cette pédagogie reste à faire. C'est ça l'objet. On a bien fait tout ce qu'il fallait faire du point de vue législatif. Mais il reste une immense pédagogie à faire.

Est-ce que cette annonce d'Etats généraux n'est que de la communication, comme l'a laissé entendre le chercheur Patrick Weil ?

Cela ne m'intéresse pas tellement ce genre de débat. Ce dont on est en train de parler est trop grave, trop sérieux, pour savoir si, faire des Etats généraux pour expliquer la laïcité, il faut le faire avant ou après un projet législatif. Tout va dans le même sens. Ce qui m'intéresse, c'est de voir des politiques qui ne font justement pas que du répressif, mais qui s'attellent enfin à faire aussi de la pédagogie et de la formation. La suite, c'est notamment une administration de la laïcité qui va permettre de mettre des moyens pour que, par exemple, les référents laïcité qui ont été créés il y a quelques années dans les différents établissements scolaires reçoivent une formation qui leur permette de faire face à tous les discours empoisonnés qu'ils vivent et qu'ils subissent. Cela veut dire former tous les fonctionnaires qui sont aussi des premières lignes sur ces sujets qui sont souvent piégés, qui sont souvent difficiles, où il y a face à eux des gens de très grande mauvaise foi. Je suis contente qu'on passe à cette étape. J'ai envie de dire enfin.

Vous souhaiteriez qu'il y a ait des interventions dans les écoles, pour former les professeurs notamment ?

Il y a des sentinelles qui ont été imaginés il y a quelques années. Moi-même, cela m'arrive souvent de faire ce type d'interventions. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Ce que je souhaite surtout, c'est qu'on envoie enfin des hussards de la République, c'est à dire des gens bien formés qui ont les esprits bien clairs sur ces questions, parce qu'on a perdu beaucoup de temps dans ce domaine. C'est le débat qu'on a eu autour de l'Observatoire de la laïcité qui n'est pas souvent compris. On a perdu huit ans dans ce pays à cause d'un observatoire qui n'a rien observé, qui n'a fait au contraire que mener des polémiques contre les laïcs au lieu d'essayer de mener des politiques de vigilance contre les adversaires de la laïcité avec lesquels il a bien souvent collaboré. C'est ça qui m'inquiète.

Quand la République se tire des balles dans le pied, quand elle perd huit ans à nommer des gens au mauvais poste, qui n'ont pas les compétences, qui n'ont pas l'appétit d'être vigilants sur des sujets aussi importants, on perd du temps. Et on le voit dans les études auprès de la jeunesse. On a envoyé des associations, notamment Coexister par exemple, qui célèbrent la Journée du hidjab et qui soutient BarakaCity, une association salafiste qui raye les femmes de son site Internet. On a envoyé ce genre d'associations expliquer la laïcité auprès des jeunes. C'est normal qu'ils ne la comprennent pas.

Quelle est la définition de la laïcité pour les jeunes ?

Ils ont été très travaillés au corps depuis 2004 par des réseaux intégristes qui leur ont expliqué qu'en fait, la laïcité, c'était islamophobe. Donc c'est tout cela qu'il faut arriver à défaire. C'est aussi pour cela que je fais partie des laïques qui ne veulent pas aller plus loin dans le répressif, qui ne veulent pas aller jusqu'à interdire ni le voile dans la rue, ni les accompagnantes scolaires voilées. Parce que je pense qu'on a tellement de travail à faire pour lever ces propagandes qui ont incroyablement réussi leur manipulation. Beaucoup de jeunes aujourd'hui pensent que la laïcité, c'est être contre les religions, au lieu de voir que c'est un cadre qui protège l'égalité homme-femme, qui protège la citoyenneté, c'est à dire ce qui nous réunit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Laïcité