Religion au travail : que dit la loi ?

Alors que la religion s'invite de plus en plus au travail, une journaliste de France 2 rappelle quelles sont les règles à respecter.

FRANCE 2

La religion est de plus en plus présente au bureau, révèle une étude de l'Observatoire du fait religieux en entreprise, ce mardi 21 avril. Depuis le début de l'année, un manager sur quatre déclare être régulièrement confronté à des faits religieux, soit deux fois plus qu'il y a un an. Parmi les demandes fréquentes : les absences pour une fête religieuse ou la demande d'aménagement du temps de travail.
"Le calendrier des jours fériés en France est basé sur les fêtes chrétiennes. Pour les autres fêtes religieuses les salariés doivent poser des congés, des RTT, et n'ont pas l'obligation d'en indiquer le motif", rapporte la journaliste Raphaële Schapira, sur le plateau de France 2.

Pas de signes religieux dans le public

Concernant les signes religieux, dans le public, aucun signe n'est toléré. "Pas de croix, pas de voile, pas de kippa. Le salarié doit être neutre", souligne la reporter. Dans le privé, c'est différent. "Les signes religieux sont autorisés dans certaines limites. Ça ne doit pas entamer les règles d'hygiène et de sécurité".
Quant à la prière, cette dernière est autorisée dans le public si "elle se fait en toute discrétion sur le temps de pause et hors de la vue des usagers et des autres salariés". Dans le privé, "elle doit également se faire sur le temps de pause et dans un lieu approprié", précise la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT