Cet article date de plus de cinq ans.

Toulouse : mise en place d'une cellule de lutte contre les abus sexuels dans l’Église

L'archevêque de Toulouse, Monseigneur Robert Le Gall, a décidé de lancer, à partir de jeudi 15 décembr, une cellule de lutte contre les abus sexuels de la part de membres du clergé, sous la responsabilité du père Roger Blanc.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cathédrale Saint-Etienne de Toulouse, le 15 avril 2016. (FREDERIC SCHEIBER / EPA)

L’archevêché de Toulouse, Monseigneur Robert Le Gall, crééra officiellement, jeudi 15 décembre, une "cellule de lutte contre les abus sexuels de la part des clercs ou de personnes en responsabilité dans l’Église", a révélé France 3 Midi-Pyrénées.

La cellule en question rassemblera des religieux et des laïcs, mais elle sera sous la responsabilité du père Roger Blanc. Selon nos confrères de France 3 Midi-Pyrénées, Monseigneur Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, a souhaité cette création après plusieurs affaires impliquant des hommes d’Église du département. Il avait notamment relevé de ses fonctions un prêtre, en mai 2016, condamné pour viol sur mineur.

Une première expérience à Lyon

Plusieurs actions ont été engagées par l’Église depuis mi-avril pour faire la lumière sur des cas d’abus sexuels après la révélation de plusieurs scandales. Ainsi, la cellule permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP) aide à la mise en place de structures de soutien au niveau des diocèses et des provinces ecclésiastiques.

Le diocèse de Lyon, dirigé par le cardinal Philippe Barbarin visé par une enquête pour non-dénonciation, avait mis en place une cellule d’écoute avec une ligne téléphonique joignable 24h/24, gérée notamment par des psychologues cliniciens étaient mobilisés.

En avril 2016, l'Eglise avait annoncé plusieurs mesures pour lutter contre la pédophilie, comme la création d'un site Internet dédié. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pédocriminalité dans l'Eglise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.