Pédophilie dans l’Église : le cardinal Barbarin conteste toujours sa culpabilité

Le cardinal Barbarin comparaît devant la cour d'appel de Lyon (Rhône) jeudi 28 novembre. Il conteste toujours sa culpabilité dans la non-dénonciation d'agressions sexuelles.

FRANCE 3

Le cardinal Barbarin est de nouveau face à la justice. Condamné en première instance à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d'agressions sexuelles, le primat des Gaules comparaît depuis jeudi 28 novembre devant la cour d'appel de Lyon (Rhône). Il conteste toujours sa culpabilité et assure n'avoir jamais tenté de taire les agissements du père Preynat. "Bien sûr, a-t-il dit à la barre, lorsque je suis arrivé dans le diocèse, des rumeurs me sont parvenues sur l'inconduite du père Preynat et c'est moi qui en 2010 ai convoqué le prêtre pour une séance d'explications", rapporte le journaliste Clément Weill-Raynal depuis le palais de justice de Lyon.

Des faits prescrits

Si Pierre Preynat a reconnu des agressions sur de jeunes mineurs, les faits remontent à plus de vingt ans et sont donc prescrits pénalement. "Voilà pourquoi le cardinal Barbarin n'a pas jugé nécessaire d'avertir la justice et a maintenu le père Preynat dans ses fonctions", conclut Clément Weill-Raynal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le cardinal Barbarin comparaît devant la cour d\'appel de Lyon (Rhône) jeudi 28 novembre 2019. Il conteste toujours sa culpabilité dans la non-dénonciation d\'agressions sexuelles.
Le cardinal Barbarin comparaît devant la cour d'appel de Lyon (Rhône) jeudi 28 novembre 2019. Il conteste toujours sa culpabilité dans la non-dénonciation d'agressions sexuelles. (FRANCE 3)