DIRECT. Pédocriminalité : le pape François exprime son "immense chagrin" face à l'"effroyable réalité" révélée par le rapport de la commission Sauvé

Fruit de deux ans et demi d'enquête, le rapport Sauvé, présenté mardi matin lors d'une conférence de presse, estime qu'entre 2 900 et 3 200 prêtres ou religieux pédocriminels ont sévi dans l'Eglise en France depuis près de 70 ans.

Le Pape François au Vatican, lors de la réception des participants de la COP 26, le 4 octobre 2021.
Le Pape François au Vatican, lors de la réception des participants de la COP 26, le 4 octobre 2021. (ALESSANDRO DI MEO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"C'est avec douleur" que le Pape François a pris connaissance du contenu du rapport de la commission Sauvé, ce mardi 5 octobre. C'est ce qu'a déclaré le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni. Il a également partagé les pensées du pontife, qui "se tournent en premier lieu vers les victimes, avec un immense chagrin pour les blessures et gratitude pour leur courage de dénoncer". Il indique également qu'elles "se tournent aussi vers l'Église de France, afin que, ayant pris conscience de cette effroyable réalité (...) elle puisse entreprendre la voie de la rédemption". Suivez notre direct.

Après le constat, les victimes réclament des actes. Un collectif d'associations de victimes de pédocriminels dans l'Eglise catholique a annoncé ce mardi attendre "des réponses claires et tangibles" de la part de l'institution religieuse après la publication du rapport de la commission indépendante présidée par Jean-Marc Sauvé.

Un rapport accablant. Le haut-fonctionnaire Jean-Marc Sauvé a présenté les conclusions de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase) qu'il présidait, mardi 5 octobre lors d'une conférence de presse. Son rapport estime à 216 000 le nombre de mineurs victimes de violences sexuelles de la part de prêtres ou de religieux depuis 1950. Ce chiffre, fruit d'une enquête de deux ans et demi sur un échantillon représentatif de Français, comporte une marge d'erreur estimée par la Ciase à "plus ou moins 50 000" personnes, a précisé le président de la commission. 

 Les évêques demandent "pardon". Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF), un des commanditaires du rapport, a pris la parole pour exprimer sa "honte" et son "effroi", et a promis que la parole des victimes "ne restera pas sans effet". "Que dire, sinon éprouver un infini chagrin, une honte charnelle, une indignation absolue", a pour sa part réagi Véronique Margron, la présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref), l'autre organisme à l'origine de cette enquête.

 Demande de reconnaissance des victimes. "Réparer" le mal fait aux victimes implique "la reconnaissance de la qualité de victime des personnes, par une institution indépendante mise en place par l'Eglise", a estimé Jean-Marc Sauvé mardi. "La question de l'indemnisation n'est pas un don, c'est un dû", a-t-il ajouté, plaidant pour cette solution plutôt qu'un allongement des délais de prescription.

 Un milieu particulièrement touché. L'enquête en population générale, menée par l'Inserm, permet aussi de comparer la prévalence des violences sexuelles dans différents milieux. L'Eglise est la plus touchée après le cercle familial et amical, a expliqué Jean-Marc Sauvé, devant l'enseignement, les camps de vacances et les organisations sportives.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PEDOCRIMINALITE

20h42 : On fait le point sur l'actualité :

• Quelque 85 400 personnes selon le ministère de l'Intérieur (160 000 selon la CGT) ont défilé dans toute la France. Elles exigeaient des "réponses urgentes", notamment sur la question des salaires, de l'assurance-chômage et des retraites.

• Le pape François a exprimé son "immense chagrin" face à l'"effroyable réalité" dévoilée par la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase) au sein de l'Église catholique de France depuis 1950. Voici ce qu'il faut retenir du rapport de la commission.

• Le gouvernement a lancé des vérifications concernant la présence ou non de résidents fiscaux français parmi les personnes épinglées dans les "Pandora Papers", a déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Jules Théobald, un ancien docker et marin-pêcheur martiniquais de 112 ans, qui étaitl'homme le plus âgé de France, est mort chez lui à Fort-de-France. Son décès a été confirmé par sa famille après des informations de presse.

19h21 : "Ou bien il y eu moins d'abus sexuels, ou bien notre appel à témoignages n'a pas été entendu. On est peut-être dans un contexte dans lequel la parole ne s'est pas suffisamment libérée Outre-mer."

Le président de la Ciase a souligné que peu de témoignages avaient été recueillis dans les outre-mer. "Ce que l'on peut dire c'est que ces territoires sont christianisés. L'empreinte de l'église catholique y est forte", a-t-il exprimé auprès de La 1ère Outre-Mer.

Jean-Marc Sauvé

18h33 : Faisons un point sur l'actualité :

Le pape François a exprimé son "immense chagrin" face à l'"effroyable réalité" dévoilée par la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase) au sein de l'Église catholique de France depuis 1950. L'état des lieux dressé par le rapport est "accablant" : il estime notamment à quelque 216 000 le nombre de mineurs victimes de prêtres, diacres et religieux depuis 1950. Un chiffre qui grimpe à "330 000 si l'on ajoute les agresseurs laïcs travaillant dans des institutions de l'Eglise catholique", selon Jean-Marc Sauvé, qui a dirigé la Commisssion.


Des salariés, des chômeurs et des étudiants ont manifesté dans toute la France pour exiger des "réponses urgentes", notamment sur la question des salaires, et pour remettre les questions sociales au cœur du débat, à un peu plus de six mois de la présidentielle.


Jean Castex a promis "d'agir sur le levier fiscal en cas de nécessité", si "les cours internationaux du gaz ne rebaissent pas au printemps" 2022, un "bouclier tarifaire" étant déjà prévu jusqu'en avril.


Bercy promet l'indulgence zéro. Le gouvernement a lancé des vérifications concernant la présence ou non de résidents fiscaux français parmi les personnes épinglées dans les "Pandora Papers", a indiqué le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

17h27 : Bonjour , la commission Sauvé préconise d'individualiser le calcul de l'indemnisation due à chaque victime (330 000, selon son rapport), sans pour autant prévoir une réparation intégrale au sens juridique du terme. La mission d'arbitrage en matière de réparation financière devrait être confiée à un organe indépendant, selon la commission. Elle écarte les pistes d'un appel aux dons des fidèles, préférant plutôt financer les indemnités versées aux victimes "à partir du patrimoine des agresseurs et de l'Eglise de France".

17h21 : Bonjour France Info, et merci. Pouvez-vous nous indiquer, si indemnisation des victimes il y a, qui la paiera exactement ? Existe-t-il un "fond" de l'Eglise catholique pour ce genre de choses ? L'Etat va-t-il devoir mettre la main à la poche ? Merci

15h00 : "Ce sont des chiffres vertigineux, je suis ahuri", a réagi sur franceinfo Mgr Ravel, archevêque du diocèse de Strasbourg, après les conclusions accablantes de l'enquête de la Ciase. "Devant les analyses incontestables et qui rejoignent les 100 dossiers que j'ai à Strasbourg, on ne peut qu'avoir honte", ajoute l'archevêque.

14h39 : "Ce que nous disons, c'est que l'Église catholique dans son ensemble n'a pas réussi à voir et à entendre les signaux faibles émis par les victimes."

"C'est une défaillance institutionnelle et ça engage la responsabilité de l'Église", explique Jean-Marc Sauvé, président de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase), à franceinfo. La commission a publié les conclusions accablantes de son enquête sur l'ampleur de la pédocriminalité au sein de l'Église catholique française.

Le président de la commission, Jean-Marc Sauve, prend la parole lors de la publication du rapport de la commission indépendante sur les abus sexuels commis par des membres du clergé (Ciase), le 5 octobre 2021, à Paris. (THOMAS COEX / AFP)(THOMAS COEX / AFP)

14h08 : Le pape François a pris "connaissance avec douleur" du rapport de la Ciase sur les violences sexuelles dans l'Eglise catholique française et dit son "immense chagrin" face à cette "effroyable réalité".

14h05 : Faisons un point sur l'actualité :

La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase) a présenté publiquement son rapport choc ce matin. Elle révèle notamment l'ampleur du nombre de victimes de violences sexuelles depuis 1950, évaluée à 330 000. Voici ce qu'il faut retenir de cet état des lieux accablant de l'institution.


Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a été reçu par Emmanuel Macron afin de "contribuer à restaurer la confiance entre la France et les Etats-Unis" après la crise des sous-marins, a fait savoir l'Elysée. Tous deux "poursuivent leur travail de coordination sur les enjeux d'intérêt commun, qu'il s'agisse de la coopération UE-Otan, du Sahel, ou de l'espace indo-pacifique".


Une prise d'otages est en cours à la prison de haute-sécurité de Condé-sur-Sarthe (Orne). Un détenu, condamné à perpétuité pour viol et tentative de meurtre, a agressé et retenu en otage deux surveillants, dont une femme qu'il a relâchée à la mi-journée. Une cellule de crise a immédiatement été ouverte.


Les salariés sont appelés à faire grève et à manifester dans toute la France pour exiger des "réponses urgentes", notamment sur la question des salaires, et remettre les questions sociales au cœur du débat. Quelque 200 points de rassemblements sont prévus partout dans le pays, selon la CGT. Voici ce qu'il faut attendre de cette journée de grève.

12h52 : La Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase) a présenté publiquement son rapport choc ce matin. Voici ce qu'il faut en retenir :

330 000 mineurs ont été victimes de violences sexuelles depuis 1950
au moins 3 000 pédocriminels ont sévi dans l'Eglise
• le nombre des violences a connu un pic dans les décennies 1950 et 1960
• la Ciase plaide en faveur d'une indemnisation des victimes
• le président de la conférence des évêques de France a exprimé "sa honte", "son effroi" et a demandé "pardon" aux victimes

14h06 : Il est midi, l'heure de faire le point sur l'actualité :

Au moins 330 000 mineurs ont été victimes de violences sexuelles depuis 1950, estime le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise (Ciase), présenté ce matin lors d'une conférence de presse. La commission Sauvé a dévoilé ses conclusions accablantes après deux et demi d'enquête sur l'ampleur de la pédocriminalité entre les années 1950 et aujourd'hui.


alariés sont appelés à faire grève et à manifester dans toute la France pour exiger des "réponses urgentes", notamment sur la question des salaires, et remettre les questions sociales au cœur du débat. Quelque 200 points de rassemblements sont prévus partout dans le pays, selon la CGT. Voici ce qu'il faut attendre de cette journée de grève.


Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, ont subi une panne sans précédent lundi soir. Voici ce que l'on sait de cet incident géant qui a concerné des millions d'utilisateurs en France.


Une prise d'otage a lieu dans la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne). Un détenu, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour viol, meurtre et actes de barbarie, retient deux surveillants. L'un des deux a été blessé.

11h49 : "Nous passons aujourd'hui le témoin à l'Eglise, dans laquelle nous plaçons nos espoirs et nos attentes", assure Jean-Marc Sauvé avant la fin de la conférence de presse de la Ciase. "J'exprime notre gratitude aux personnes victimes sans lesquelles rien n'aurait pu se faire", ajoute-t-il. "Nous pensons également à toutes les victimes que nous n'avons pas rencontrées et qui sont les plus souffrantes et c'est par elles que je veux terminer", conclut-il.

11h45 : Véronique Margron, la présidente de la Corref (instituts et ordres religieux) a interrogé : "Peut-on bien recevoir un désastre ?" "Que dire, sinon éprouver (...) une honte charnelle, une honte absolue". Face à cette enfance qui a été "violentée", face à une "telle tragédie" et face à ces "crimes massifs commis dans (son) église", elle a exprimé son "chagrin".

11h06 : "Mon désir est de vous demander pardon", souffle Eric de Moulins-Beaufort qui affirme que "le travail de purification nécessaire doit être poursuivi sans relâche".

11h06 : "Toutes les relations structurantes de l'humanité peuvent être déviantes et se transformer en relation de prédation", rappelle Eric de Moulins-Beaufort. "Le temps des ambiguïtés et de la naïveté est dépassé", assure-t-il.

11h04 : "Leurs voix nous bouleversent, le nombre nous accable", réagit monseigneur Eric de Moulins-Beaufort et "nous réalisons le nombre qui n'ont pas pu parler". Le président de la Conférence des évêques de France évoque la "honte" et "l'effroi", après la remise du rapport Sauvé.

11h04 : Jean-Marc Sauvé remet les 485 pages et quelque 2 500 pages d'annexes à monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France (CEF) et à Sœur Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref). C'est "un lourd fardeau, au propre comme au figuré", précise Jean-Marc Sauvé.



(YOUTUBE)

10h51 : "L'Eglise peut et doit faire tout ce qui est nécessaire pour rétablir ce qui a été abîmé et reconstruire ce qui a été brisé."

"Il ne peut y avoir d'avenir commun sans un travail de vérité, de pardon et de réconciliation. Nous avons contribué, autant qu'il était possible, au travail de vérité, en sachant très bien que dans les années à venir, il y aura des compléments, des inflexions. Mais à un moment donné, il fallait qu'on dépose notre fardeau. C'est à l'Eglise de s'en emparer et de le poursuivre, pour retrouver la confiance des chrétiens, des fidèles, et le respect de la société. Nous savons que l'Eglise catholique est une composante essentielle de notre société et il est impératif de rétablir une alliance mise à mal", conclut Jean-Marc Sauvé.

10h17 : Jean-Marc Sauvé recommande de réformer la formation des futurs prêtres et de veiller au discernement vocationnel : enseignement, profil psychologique, accompagnement, profil des enseignant.

10h11 : D'après Jean-Marc Sauvé, le secret de la confession, qui est un secret professionnel, ne peut pas être opposé à l'obligation de protéger les personnes. C’est une "obligation de droit naturel de protection de la vie et de la dignité des personnes", assure-t-il.

10h19 : "Il faut réparer, dans toute la mesure du possible, le mal qui a été fait. Cela implique a minima la reconnaissance de la qualité de victime des personnes, par une institution indépendante mise en place par l'Eglise (...) La question de l'indemnisation n'est pas un don, c'est un dû. Nous considérons que les victimes ont une créance et que l'Eglise a contracté une dette à leur égard."

Jean-Marc sauvé évoque l'indemnisation des victimes, qui devrait être mise en place par une institution indépendante de l'Eglise. Il juge cette option préférable à un allongement des délais de prescription, "qui ne peut engendrer que des douleurs pour les victimes".

10h01 : "L'Eglise n'a pas su capter les signaux faibles, elle n'a pas su prendre les mesures nécessaires", concède Jean-Marc Sauvé. "Il y a donc besoin d'une reconnaissance de la responsabilité de l'institution", réclame le président de la commission.

10h07 : "Jusqu'au début des années 2000, on constate une indifférence profonde et cruelle à l'égard des victimes. Elles ne sont pas crues, pas entendues, on considère qu'elles ont peu ou prou contribué à ce qui leur est arrivé."

10h09 : "Nous sommes sur un plateau. Il faut se départir de l'idée que les violences sexuelles dans l'Eglise catholique ont été complètement éradiquées, que le problème est derrière nous. Le problème subsiste."

"La courbe de ces violences a cessé de décroître. Elles se sont produite (56%) dans les années 1950 à 1969. Elles ont diminué nettement ensuite dans les années 1970 à 1990 et se sont maintenues pendant la troisième période, depuis 1990. Il y a eu une baisse des abus, mais cette baisse doit être aussi mise en relation avec la baisse des effectifs des prêtres et des religieux, et aussi la baisse de la fréquentation des institutions de l'Eglise catholique dont l'empreinte sociale s'est réduite au fil des décennies", explique le président de la commission.

10h05 : Le président de la Ciase ajoute que 60% des hommes et femmes ayant subi des violences sexuelles pendant leur enfance connaissent des perturbations "fortes ou très fortes dans leur vie affective ou sexuelle". Et "48% des victimes connaissent toujours des perturbations fortes ou très fortes", précise-t-il.

10h04 : "Les abus commis par des clercs et des religieux concernent massivement des enfants de sexe masculin, des garçons, qui représentent près de 80% des victimes, avec une concentration entre 10 et 13 ans. La part des filles étant de 20% et répartie de manière plus égale entre tranches d'âge", explique Jean-Marc Sauvé. En revanche, dans le reste de la société, les filles sont très majoritairement les principales victimes de violences sexuelles, elles représentent une part de 75%.

10h04 : Entre 2 900 et 3 200 (2,5-2,8%) des clercs et des religieux hommes sont visés par ces accusations. "Il n'est pas possible d'identifier avec certitude la totalité des religieux et prêtres abuseurs", explique Jean-Marc Sauvé. "Mais ce taux peut se comparer aux taux étrangers. Le taux français se situe dans le bas de la fourchette", ajoute-t-il.

10h02 : Ce nombre grimpe à "330 000" si les agressions par les laïcs "en mission d'Eglise" sont pris en compte, ajoute Jean-Marc Sauvé.

10h02 : "216 000 personnes (estimation à +-50 000) ont été sexuellement agressées pendant leur minorité par des clercs ou des religieux depuis 1950", assure Jean-Marc Sauvé.

09h45 : Selon Jean-Marc Sauvé, 5,5 millions de personnes en France ont subi des violences avant leurs 18 ans.

10h01 : "Ce sont les paroles des victimes qui servent de fil conducteur au rapport de la commission", rappelle Jean-Marc Sauvé. "C'est grâce aux victimes que ce rapport a été conçu", assure-t-il. "Elles ont pris sur elles pour dire ce qui leur était arrivé. Sans leur parole, notre société serait dans l'ignorance ou dans le déni de ce qui se serait passé", ajoute le président de la commission.

10h00 : Jean-Marc Sauvé, président de la Ciase, reprend la parole. "On ne peut comprendre le réel si on n'est pas capable de comprendre ce que les victimes ont vécu", assure-t-il.

09h27 : "Il y a eu des crimes et des délits atroces... Il y a eu la trahison de la confiance de la morale, de l'enfant, de l'innocence, de l'Evangile... Il y a eu la lâcheté, la faiblesse, la dissimulation... ", a énuméré François Devaux.

09h26 : "Vous devez payer pour tous ces crimes."


"Il faut refonder le système dans une proportion considérable", estime François Devaux. Le fondateur de l'association La Parole libérée livre une diatribe contre les autorités ecclésiastiques.

09h24 : "Le pape est aux abonnés absents, préférant protéger ceux qui ont contribué à cette mécanique plutôt que les victimes. Sa conscience, celle du pape, est pleine et entière. Grâce à la création de ces différentes commissions à travers le monde, l’ONU et la Commission européenne elles-mêmes peinent à obtenir des réponses sérieuses", déclare François Devaux, fondateur de l’association La Parole libérée.

09h55 : "Je n’ai aucun doute sur ce que le rapport va révéler. Je le sais, c’est de l’enfer dont vous revenez, vous, membres de la commission. Vous avez exploré les détails les plus sombres et les plus abjects que l’homme sait parfois engendrer dans sa névrose. C’est bien dans les méandres les plus insupportables que vous êtes descendus si bas. Dans ce qui ressemble à une fosse commune des âmes déchiquetées de l’Eglise", assure François Devaux, fondateur de l'association La Parole libérée.

09h46 : François Devaux, fondateur de l’association La Parole libérée, a pris la parole à l'occasion de la conférence de presse de remise du rapport de la Ciase.

09h12 : "Certains mais pas tous exigent un désir de justice", assure Alice Casagrande qui relate les témoignages des victimes d'abus sexuels.

09h32 : La conférence de presse dans le cadre de la remise du rapport de la commission Sauvé débute par la prise de parole du président de la Ciase, Jean-Marc Sauvé. C'est ensuite Alice Casagrande, membre de la commission, qui prend la parole et raconte les témoignages des victimes d'abus sexuels. Suivez cette conférence de presse en direct.

09h00 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Déflagration en vue pour l'Eglise catholique de France et au-delà : la commission Sauvé, qui enquête sur l'ampleur de la pédocriminalité entre les années 1950 et aujourd'hui, publie ses conclusions, accablantes. Voici ce que l'on sait de ce rapport qui établit qu'il y a eu "entre 2 900 et 3 200 pédocriminels" en France depuis près de 70 ans. La conférence de presse de présentation du rapport est à suivre en direct sur YouTube à partir de 9 heures.


• Les alariés sont appelés à faire grève et à manifester dans toute la France, pour exiger des "réponses urgentes", notamment sur la question des salaires, et remettre les questions sociales au cœur du débat. Quelque 200 points de rassemblements sont prévus partout dans le pays, selon Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT. Voici ce qu'il faut attendre de cette journée de grève.


Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, ont subi une panne sans précédent lundi soir. Après plus de longues heures d'inaccessibilité, les sites fonctionnent à nouveau.


Kylian Mbappé se livre, dans L'Equipe, sur son été agité par les rumeurs de départ, l’arrivée de Lionel Messi au Paris Saint-Germain et l’Euro raté des Bleus. L'attaquant assure qu'il "ne discute plus d'une prolongation" avec le PSG.



09h37 : "Nous accepterions qu'elle accepte sa responsabilité pleine et civile. On ne parle pas de geste financier mais d'indemnisation. D'autres Eglises l'ont fait, comme en Allemagne, en Belgique, ou en Suisse. Je crois que l'Eglise de France est au même rang. Donc on attend qu'elle fasse ce pas en avant."

La publication du rapport Sauvé est "un moment historique et fondateur pour toutes les victimes", a déclaré sur franceinfo Olivier Savignac, cofondateur de Parler et revivre, une association qui recueille la parole de victimes de violences sexuelles, notamment dans l'Eglise.

08h44 : Pendant les treize premières années de sa vie, Nanou et sa sœur ont été victimes d'abus commis par des prêtres. La commission Sauvé a recueilli son témoignage.




08h43 : Alors que la commission Sauvé rend son rapport, l'Eglise catholique veut travailler sur la prévention des futurs prêtres mais également sur le traitement médical et psychologique des ecclésiastiques pédocriminels, pour éviter de nouveaux abus. Onze de ces hommes d'Eglise (dix prêtres et un diacre) condamnés ont été auditionnés par la commission Sauvé. Seul trait commun à la plupart d'entre eux : le déni ou la minimisation des faits.

07h57 : C'est l'heure de la revue de presse. La publication du rapport de la commission Sauvé sur les violences sexuelles dans l'Eglise catholique en France prend une large place. Libération, Le Télégramme, Le Dauphine Libéré et Les Dernières Nouvelles d'Alsace consacrent leur une à ce sujet.







07h51 : On ouvre avec le point sur l'actualité.

Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, les deux réseaux sociaux et les deux messageries du géant californien, ont subi une panne sans précédent lundi soir. Après plus de longues heures d'inaccessibilité, les sites fonctionnent à nouveau.

Déflagration en vue pour l'Eglise catholique de France et au-delà : la commission Sauvé, qui enquête sur l'ampleur de la pédocriminalité entre les années 1950 et aujourd'hui, publie ses conclusions, accablantes. Voici ce que l'on sait de ce rapport qui établit qu'il y a eu "entre 2 900 et 3 200 pédocriminels" en France depuis près de 70 ans.

• Les alariés sont appelés à faire grève et à manifester dans toute la France, pour exiger des "réponses urgentes", notamment sur la question des salaires, et remettre les questions sociales au cœur du débat. Quelque 200 points de rassemblements sont prévus partout dans le pays, selon Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT.

Quelques heures après la fin de la vigilance rouge "pluie-inondation" dans les Bouches-du-Rhône et à Marseille, l'alerte orange a été levée dans le Sud-Est et en Haute-Corse. Plus aucun département n'est en alerte.


Plusieurs pays et dirigeants rejettent les révélations d'une vaste enquête du Consortium international des journalistes d'investigation (Icij) mettant en cause plusieurs centaines de responsables politiques et leurs proches pour avoir dissimulé des avoirs dans des sociétés offshore.