"Notre préjudice restera toujours en nous" : le père Preynat face à ses victimes présumées

À l'ouverture de son procès mardi 14 janvier, le père Preynat s'est longuement exprimé. Une de ses victimes présumées a ensuite pris la parole devant le tribunal de Lyon (Rhône).

France 3

C'était le temps fort de l'audience. Mardi 14 janvier, au premier jour de son procès à Lyon (Rhône), le père Preynat a pris la parole, suivi d'une de ses victimes présumées. Si l'ancien curé plaide coupable, il dit ne pas avoir pris la mesure de la gravité de ses actes à l'époque.

Une tentative de suicide

François Devaux, aujourd'hui père de famille et ancien scout, raconte la dévastation produite chez l'enfant qu'il était par les caresses du prêtre. "Mes parents ont voulu me protéger et j'ai longtemps occulté ce qui c'était passé. Ce n'est qu'aujourd'hui que je mesure à quel point était mon préjudice", a indiqué la victime présumée à l'audience. François Devaux raconte son adolescence et sa scolarité très difficiles, il évoque même une tentative de suicide. "Notre préjudice restera toujours en nous", a-t-il conclu rapporte le journaliste Clément Weill-Raynal depuis le tribunal de Lyon.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'église de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), là où le père Preynat a encadré des jeunes scouts, de 1970 à 1991.
L'église de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), là où le père Preynat a encadré des jeunes scouts, de 1970 à 1991. (JEFF PACHOUD / AFP)