Le cardinal Barbarin comptait démissionner "quel que soit" le jugement, selon son adjoint

L'évêque auxiliaire de Lyon a précisé, vendredi, que Philippe Barbarin avait pris la décision de remettre sa démission au pape il y a deux semaines.

Philippe Barbarin patiente avant l\'ouverture de son procès, le 7 janvier 2019, à Lyon.
Philippe Barbarin patiente avant l'ouverture de son procès, le 7 janvier 2019, à Lyon. (EMMANUEL FOUDROT / REUTERS)

"Le rendez-vous avec le pape a été pris il y a déjà quinze jours." Le cardinal Philippe Barbarin avait l'intention de démissionner "quel que soit" le jugement du tribunal qui l'a condamné, jeudi, à six mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d'agressions sexuelles, a déclaré, vendredi 8 mars, l'évêque auxiliaire de Lyon, Emmanuel Gobilliard.

"Avec ce qui s'est passé, avec le procès bien sûr, le cardinal a vécu quelque chose de fort, il a pris conscience, il a pris la mesure, il a entendu des témoignages bouleversants et, du coup, à la suite de cette réflexion, il a choisi d'aller voir le pape pour présenter sa démission", a ajouté le bras droit de Philippe Barbarin, sur l'antenne de la radio chrétienne RCF.

Considérant la démission du primat des Gaules comme "un apaisement pour le diocèse", Emmanuel Gobilliard a également cité un message du cardinal : "Les victimes ont trop souffert, m'a-t-il dit, le diocèse a trop souffert, il est peut-être temps de vivre un changement."