L'ex-père Preynat devra indemniser ses victimes, "l'Église s'exclue de sa propre responsabilité", déplore le président de La parole libérée

François Devaux s'est confié au lendemain de la décision du tribunal ecclésiastique de Lyon, qui ouvre la voie à l’indemnisation des victimes de l’ex-prêtre.

François Devaux, le président de l\'association La parole libérée, le 15 janvier 2020 lors du procès de l\'ex-prêtre, au tribunal de Lyon.
François Devaux, le président de l'association La parole libérée, le 15 janvier 2020 lors du procès de l'ex-prêtre, au tribunal de Lyon. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Les 21 victimes de l'ancien prêtre Bernard Preynat vont pouvoir être indemnisées. C'est le tribunal ecclésiastique de Lyon qui a ouvert cette voie à l'indemnisation des anciens scouts agressés sexuellement entre 1971 et 1991 par l'ancien aumônier de Sainte-Foy-lès-Lyon. C'est à Bernard Preynat que reviendra la charge d'indemniser les victimes.

"Le diocèse a une vraie et lourde responsabilité"

"L'Église se désolidarise complétement de Bernard Preynat et lui pose l'injonction d'apporter une indemnisation financière aux victimes que vraisemblablement, il ne pourra pas payer", a réagi dimanche 31 mai sur franceinfo François Devaux, le président de l'association La parole libérée.

"Si la question, c'est de faire miroiter à des victimes qu'elles vont avoir une réparation financière qui finalement ne leur sera pas payée, tout en s'excluant complètement de sa propre responsabilité, ce n'est plus de la maladresse, c'est un peu pervers comme démarche", estime François Devaux. Selon lui, "le diocèse a une vraie et lourde responsabilité" dans cette affaire.

Tant qu'on n'aura pas identifié la responsabilité de l'ensemble des acteurs, l'Église elle-même ne pourra pas réparer tout le malheur qu'elle a créé, la destruction de vies de familles.François Devaux, La parole libéréeà franceinfo

Bernard Preynat a été condamné, lundi 16 mars, à cinq ans de prison ferme pour des agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts dans le diocèse de Lyon. L'ancien prêtre a fait appel du jugement.