Condamnation du cardinal Barbarin : il est "impensable" qu'il "ne présente pas sa démission"

Le cardinal Barbarin a été condamné à six mois de prison avec sursis jeudi 7 février pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs. 

Le cardinal Barbarin lors d\'une cérémonie à Vénissieux (Rhône), le 30 septembre 2018. 
Le cardinal Barbarin lors d'une cérémonie à Vénissieux (Rhône), le 30 septembre 2018.  (EMMANUEL FOUDROT / REUTERS)

Condamné à six mois de prison avec sursis, il est "absolument impensable" que "le cardinal Barbarin ne présente pas sa démission", a réagi ce jeudi sur franceinfo Gino Hoel, rédacteur à la revue catholique Golias. Le cardinal Barbarin a été condamné jeudi 7 avril pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs par un prêtre.

Si le cardinal Barbarin ne présente pas sa démission, ce serait absolument impensable. S'il ne le fait pas et que Rome n'agit pas, ce serait encore plus impensable. Il faut que Rome décharge le cardinal de sa charge d'archevêque de LyonGino Hoelfranceinfo

Les victimes entendues

"À travers le cardinal Barbarin, c'est aussi le système ecclésial qui est condamné", a-t-il affirmé. "C'est historique. Pour la France on va regarder les choses de manière différente, aussi bien dans la société civile que dans l'église." "Le pape a écouté et a fait confiance et encore une fois le pape s'est fait avoir. Je pense que le pape se fait, de temps en temps, avoir par certains de ses collègues évêques et archevêques", a-t-il estimé.

Gino Hoel a également salué l'association La Parole libérée qui "a fait avancer les choses dans la prise de conscience de notre société". Il y a, selon lui, "une prise en compte de la parole des victimes. On a entendu les victimes. On avait un peu vu la souffrance".