En Inde, le gouvernement ordonne l'inspection de foyers de mère Teresa après un scandale de trafic d'enfants

Au début du mois, la police indienne a interpellé une religieuse et un employé de l'un de ces centres à Ranchi, capitale de l'État pauvre du Jharkhand (Est), qui auraient vendu au moins cinq enfants pour potentiellement des milliers d'euros.

Une nonne des Missionnaires de la charité, la congrégation de mère Teresa, a été arrêtée le 4 juillet 2018 dans un centre de Ranchi (Inde).
Une nonne des Missionnaires de la charité, la congrégation de mère Teresa, a été arrêtée le 4 juillet 2018 dans un centre de Ranchi (Inde). (AFP)

Le gouvernement indien a ordonné l'inspection de tous les centres pour enfants gérés par la congrégation catholique de mère Teresa dans le pays, les Missionnaires de la charité, lundi 16 juillet. Au début du mois, la police indienne a interpellé une religieuse et un employé de l'un de ces centres à Ranchi, capitale de l'État pauvre du Jharkhand (Est), qui auraient vendu au moins cinq enfants pour potentiellement des milliers d'euros. Le scandale avait éclaté après le signalement de la disparation d'un nourrisson d'un foyer de l'ordre recueillant des femmes enceintes non-mariées et des mères en détresse.

Chaque année, 90 000 enfants "évaporés"

L'adoption illégale est un commerce important en Inde, où près de 90 000 enfants s'évaporent chaque année selon des chiffres officiels. Certains sont donnés par des parents pauvres, d'autres enlevés à l'hôpital ou dans des gares. La supérieure générale de l'ordre, sœur Mary Prema, a exprimé ses regrets sur cette affaire et a tenu à dissocier la congrégation des actions d'une personne. "Nous coopérons avec les investigations et sommes ouvertes à toute enquête libre, équitable et juste", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

L'organisation caritative Les Missionnaires de la charité, qui possède des implantations dans plus de 130 pays, a été fondée à Calcutta en 1950 par mère Teresa, une religieuse albanaise devenue par la suite une icône mondiale de la compassion. Morte en 1997, elle a été canonisée par l'Église catholique en 2016.