Le dalaï-lama estime que seule une femme "très séduisante" pourrait lui succéder

Le chef spirituel tibétain a évoqué la possibilité qu'une femme prenne sa relève, lors d'une interview avec la BBC, mardi.

Le dalaï-lama visite la ville d\'Aldershot (Royaume-Uni), à l\'occasion de la construction d\'un temple bouddhiste, le 29 juin 2015.
Le dalaï-lama visite la ville d'Aldershot (Royaume-Uni), à l'occasion de la construction d'un temple bouddhiste, le 29 juin 2015. (STEVE PARKINS / CITIZENSIDE.COM / AFP)

Le guide spirituel bouddhiste serait-il légèrement sexiste ? Le dalaï-lama s'est livré à une sortie polémique lors d'un entretien avec la chaîne britannique BBC (en anglais), mardi 22 septembre. Alors qu'il était invité pour parler de la crise migratoire en Europe, le chef spirituel des Tibétains a évoqué la possibilité qu'une femme lui succède.

"Les femmes ont plus de potentiel pour montrer de l'affection et de la compassion"

"Pourquoi pas ? Les femmes, biologiquement, ont plus de potentiel pour montrer de l'affection et de la compassion, a estimé le dalaï-lama, répondant à une question du journaliste de la BBC Clive Myrie. Dans un monde comme le nôtre, avec énormément de tensions, il faudrait que les femmes aient plus d'importance."

Déjà sexiste, le guide bouddhiste de 80 ans a ensuite tenu à préciser sa pensée et a aggravé son cas. "Si c'est une femme [qui me succède], elle devra être très séduisante. Sinon, cela ne servira pas à grand-chose", a-t-il alors lancé.  "Vous devez plaisanter, je suppose ?" s'est alors étonné Clive Myrie. "Non, c'est vrai !" a insisté le dalaï-lama, qui s'était qualifié de féministe en 2009, comme le rappelle Le Parisien. Il avait alors déclaré : "N'est-ce pas ainsi que vous appelez quelqu'un qui se bat pour les droits des femmes ?"