Religion : ces catholiques qui quittent l'Église

En France, plusieurs diocèses reconnaissent une augmentation du nombre de courriers témoignant d'un renoncement d’appartenance à l'Église. 

FRANCE 2

Michel Bourrelly a épousé en juin 2013 l'homme qui partageait sa vie depuis 30 ans. Les prises de position de l'Église sur le mariage pour tous ont conduit ce Marseillais à écrire au diocèse qui l'avait baptisé à l'âge d'un mois. "Je n'ai pas laissé passer qu'on puisse dire des horreurs sur ce que pouvait être l'amour", témoigne-t-il. Militant de la cause gay, il a renié son baptême il y a cinq ans.

Augmentation des lettres de renoncement à la foi à chaque polémique

C'est aussi le cas d'Alain Tresallet, choqué lui, par les dernières affaires de pédophilie. Combien sont-ils ainsi à vouloir être débaptisés ? L'Église n'a pas de chiffres, mais la fréquentation d'un site qui propose des lettres types augmente à chaque polémique : le mariage pour tous au printemps 2013, cet été, les propos du pape François sur homosexualité et psychiatrie, et les scandales de pédophilie. À Strasbourg (Bas-Rhin), l'archevêché a reçu plus de demandes que d'habitude, sans doute une soixantantaine cette année au lieu d'une quarantaine au maximum.

En France, on est en tout cas loin de l'Argentine. Ils étaient 3 000 à déposer à la conférence épiscopale de Buenos Aires leur lettre de renoncement à la foi. Le Sénat venait de rejeter la légalisation de l'avortement. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un chapelet sur une Bible, en octobre 2016. 
Un chapelet sur une Bible, en octobre 2016.  (FRED DE NOYELLE / GODONG)