La polémique entre Manuel Valls et le "New York Times" sur les femmes musulmanes en trois actes

Le 2 septembre, le prestigieux quotidien américain a publié un article qui a fortement déplu au Premier ministre, qui l'accuse de manipuler la vérité pour donner une mauvaise image de la France. 

Le Premier ministre Manuel Valls, le 15 juillet 2016 au palais de l\'Elysée, à Paris.
Le Premier ministre Manuel Valls, le 15 juillet 2016 au palais de l'Elysée, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le New York Times et Manuel Valls s'affrontent par articles interposés. Dans un contexte tendu qui fait suite à l'attentat de Nice ainsi qu'à la polémique sur le burkini, vêtement interdit sur plusieurs plages françaises fin août, avec l'approbation du Premier ministre français, le quotidien américain a donné la parole à des femmes musulmanes. Mais leurs témoignages ne reflètent pas la réalité, estime Manuel Valls.

Franceinfo rembobine la polémique. 

1 Le "New York Times" publie son enquête sur les femmes musulmanes en France

L'article (dont une traduction est disponible ici), titré Regards changés et langues déliées, paraît dans les colonnes du New York Times le 2 septembre. Comme franceinfo, le quotidien demande à des femmes musulmanes françaises de témoigner de leur quotidien, dans un contexte où l'islam est pointé du doigt, plus particulièrement ces signes "ostentatoires", comme le voile. Il compile une série d'extraits de témoignages de femmes musulmanes adressés au journal.

Elles parlent de "regards", de "propos menaçants", de "langues [qui] se sont déliées" et d'un "régime d'apartheid". "On m’insulte, me crache dessus (littéralement) tous les jours dans le métro, le bus, mon école", affirme Hajer Zennou, 27 ans. Je pense sérieusement partir vivre ailleurs, où le regard des autres ne me fera plus pleurer chaque soir dans mon lit… J’ai peur un jour de porter une lune jaune sur mes habits, comme l’étoile de David pour les juifs il n’y a pas si longtemps", s'inquiète-t-elle. 

2Manuel Valls déplore une "image fausse" de la France

Lundi 5 septembre, le Premier ministre répond au quotidien dans une tribune publié dans le Huffington Post. Selon lui, l'article du New York Times donne "une image insupportable, car fausse" de la France, "pays des Lumières et pays des Libertés" "les femmes sont libres".

Au contraire, explique-t-il, la France "s'enorgueillit que l'islam soit la deuxième religion du pays", défend le chef du gouvernement, accusant les méthodes journalistiques du quotidien : "(...) La journaliste donne la parole à des femmes de confession musulmane en prétendant que leur voix serait étouffée, et ce, pour dresser le portrait d'une France qui les oppresserait, regrette-t-il. Par ailleurs, elle n'explique pas ce que sont les principes républicains : liberté, égalité, fraternité, et la laïcité à la française."

Il estime enfin que le travail de la journaliste du quotidien américain ne constitue en rien "une enquête de terrain". Le Premier ministre affirme que "la plupart" de ces témoignages ont été obtenus lors du "camp d'été décolonial", un séminaire de formation à l'antiracisme réservé aux victimes du "racisme d'Etat" qui s'est tenu à la fin du mois d'août, près de Reims, et qui était interdit aux Blancs.

3Le "New York Times" se défend

Mardi, c'est au tour du quotidien de s'adresser au Premier ministre. Dans un article, le New York Times assure que Manuel Vall "se méprend sur la façon dont l'article a été réalisé." "Il a été réalisé rigoureusement et est basé sur les témoignages de plus de 1200 lectrices ayant répondu à un appel adressé en anglais, en français et en arabe aux femmes musulmanes en Europe, au sujet de l'interdiction du burkini", explique une porte-parole du quotidien.  

"Nous maintenons ce que nous avons écrit", poursuit le journal.