Cet article date de plus de cinq ans.

Burkini : la polémique s’étend au sein du gouvernement

Publié Mis à jour
Burkini : la polémique s’étend au sein du gouvernement
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

Avant la décision du Conseil d’État demain, vendredi 26 août, sur la légalité du port du burkini, la classe politique se divise sur cette tenue.

Sur la plage cet été, tenue correcte exigée. Une trentaine de communes du littoral ont pris des arrêtés municipaux anti-burkini. Cette prolifération d’interdiction n’est pas bienvenue selon la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. La polémique divise le gouvernement. "Cela pose la question de nos libertés individuelles. Il y a là une dérive qui est dangereuse", a commenté la ministre.

"Ne pas céder à la stigmatisation"

Ces interdictions interviennent quelques semaines après l’attentat de Nice. À ce jour, une trentaine de femmes ont été verbalisées sur les plages. Le burkini s’invite dans la campagne pré-électorale. Le Front national soutient les maires qui ont pris ces arrêtés.
Comme le voile, le burkini serait-il une tenue ostentatoire d’appartenance religieuse ? La défense de la laïcité refait surface.
Dans l’attente de la décision du Conseil d’État, François Hollande a fait une allusion sur le débat sur le burkini. Le président a appelé à ne céder ni à la provocation ni à la stigmatisation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.