Éducation nationale : un "vade-mecum" de la laïcité" distribué aux enseignants

À partir de jeudi, le ministère de l'Éducation nationale met à disposition des enseignants un livret de la laïcité pour les aider dans leur quotidien. Une version plus détaillée, mais aussi plus ferme que celle de Najat Vallaud-Belkacem en 2016.

Le ministre de l\'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, en visite dans une école le 24 novembre 2017.
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, en visite dans une école le 24 novembre 2017. (REMY GABALDA / AFP)

Le principe de laïcité est toujours attaqué dans l'enceinte scolaire, selon le constat effectué par Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l'Éducation nationale met donc à disposition des 800 000 enseignants, à partir de jeudi 31 mai, un "vade-mecum" de la laïcité destiné à les aider dans la pratique de leur profession. Ce livret a été fourni la veille aux rectorats.

Une nouvelle version plus ferme

Le texte qui rappelle les règles matière de laïcité n'est pas une idée nouvelle. En 2016, l'ex-ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, avait elle aussi publié un "livret laïcité". Mais la nouvelle version de 80 pages, rédigée par un Conseil des Sages, est plus fournie. Et là où le livret précédent insistait principalement sur l'importance du dialogue pour prévenir et régler des conflits, le vade-mecum de la laïcité tout en rappelant l'importance des échanges, aborde les sanctions. Pas question par exemple de voir les élèves afficher ostensiblement des signes religieux. Le vade-mecum rappelle qu'en dernier recours, l'établissement peut exclure l'élève récalcitrant.

Des règles qui s'appliquent à tous

L'idée est donc de ne rien laisser passer. Et tout est détaillé, depuis les élèves qui s'opposent à un enseignement, jusqu'à la demande de repas différenciés à la cantine, en passant par les certificats médicaux de complaisance pour échapper aux cours de sport. Le principe de laïcité est rappelé pour les élèves, les enseignants, mais aussi tous les personnels des écoles, collèges et lycées.

En revanche, sur l'épineuse question des sorties scolaires accompagnées par les mamans voilées, si le ministre s'est montré par le passé opposé à leur présence, le texte choisit finalement d'autoriser ces mères d'élèves, souvent les seules disponibles et volontaires, à continuer d'accompagner les classes, à condition qu'elles ne fassent ni propagande, ni prosélytisme.