Cet article date de plus de cinq ans.

Doit-on face au terrorisme réfléchir au port de signes religieux dans les lieux publics ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Doit-on face au terrorisme réfléchir au port de signes religieux dans les lieux publics ?
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Deux jours après l'agression d'un enseignant juif à Marseille (Bouches-du-Rhône), la question des signes religieux ressurgit dans le débat public. Que dit la loi ? France 2 fait le point.

La société française est régulièrement secouée par des questions de religion et pour y répondre la France a souvent recours à la législation. Que dit la loi face aux signes religieux ? La loi de 1905 sur la laïcité garantit la liberté de conscience et la liberté d'exercer des cultes. Chacun peut donc afficher librement ses convictions religieuses. 

Liberté de culte et espace public

En 2010, une nouvelle loi fixe un cadre à cette notion de laïcité. "Nul ne peut dans l'espace public porter une tenue destinée à dissimuler son visage", le voile intégral est alors interdit même dans la rue. Reste une question récurrente, afficher ou non sa religion dans les lieux publics. En 2004, les signes d'appartenance religieuse sont interdits à l'école. La décision déclenche de nombreuses manifestations de mécontentement.

En 2012, la circulaire Chatel interdit aux mamans accompagnant les sorties scolaires d'afficher leur religion et provoque une nouvelle polémique. Que pensent les Français des signes religieux dans la rue. "Chacun fait ce qu'il veut", commente un jeune homme. "Il faut s'affirmer, il faut être fier de sa religion, quelle qu’elle soit", réagit une mère de famille. Côté gouvernement, Bernard Cazeneuve réaffiche l'attachement de l'État à la liberté de culte, et au fait de pouvoir la vivre librement dans l'espace public. Une position partagée ce mercredi matin par l'ensemble de la classe politique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.