Cet article date de plus de douze ans.

Réformes dans l'Education et intérêt des élèves

51% des parents d'élèves estiment que les réformes du ministère de l'Education ne vont pas dans l'intérêt des élèves
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
51% des parents d'élèves estiment que les réformes du ministère de l'Education ne vont pas dans l'intérêt des élèves51% des parents d'élèves estiment que les réformes du ministère de l'Education ne vont pas dans l'intérêt des élèves

Selon le sondage BVA publié le 8 octobre dans le cadre de l'Observatoire de la Peep, 2e fédération de parents d'élèves du public, 34% pensent que oui, 15% ne se prononcent pas.

Les raisons portent surtout sur le manque d'enseignants (20% de citations spontanées), la qualité de l'enseignement (13%) et le fait que les classes soient surchargées (12%).

93% des parents jugent cependant le déroulement de la rentrée 2009 satisfaisant. Si 74% des parents se disent favorables à l'assouplissement de la carte scolaire, pour cette rentrée, seuls 10% d'entre eux ont fait une demande de dérogation, qu'ils ont majoritairement obtenue.

Concernant la sécurité dans les écoles, les mesures possibles auxquelles les parents sont le plus favorables sont le renforcement du personnel surveillant (87%), devant le droit donné au chef d'établissement d'ouvrir les cartables (79%) et la mise en place de portiques de sécurité (62%).

Par ailleurs, certains risques comme les accidents de la route, la violence à l'école, l'usage de la drogue, la pédophilie... inquiètent plus des deux tiers des parents, loin devant la grippe H1N1 (39%). Les parents les plus inquiets face à l'ensemble de ces risques se recrutent parmi les ouvriers et les employés, ceux aussi ayant des enfants au lycée professionnel.

En cas de fermeture d'école due à la grippe, 61% des parents envisagent qu'eux-mêmes ou une personne du foyer garderaient leurs enfants.

Plus généralement, les parents expriment des inquiétudes quant à l'avenir de leurs enfants: 39% pensent que ceux-ci vivront moins bien qu'eux à l'avenir contre 27% déclarant qu'ils vivront mieux.
Sondage réalisé par téléphone du 14 au 23 septembre auprès d'un échantillon représentatif de 807 parents d'élèves âgés de 2 à 20 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.