La Commission nationale consultative des droits de l'homme appelle le gouvernement à sévir contre la "haine en ligne"

La CNCDH a remis son "état des lieux" annuel du racisme en France au gouvernement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'écran d'un téléphone le 24 avril 2021 à Berlin (Allemagne). (FABIAN SOMMER / DPA / AFP)

Un gendarme pour la "haine en ligne". La Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) a appelé, jeudi 8 juillet, dans son rapport annuel sur "l'état des lieux" du racisme en France, le gouvernement à réagir face au racisme et à l'antisémitisme qui essaiment sur internet et nourrissent de plus en plus d'affaires. "Ce pourrait être une nouvelle section du Conseil supérieur de l'audiovisuel", a expliqué à l'AFP le président de la commission, Jean-Marie Burguburu.

Ce rapport est publié au lendemain du jugement dans l'affaire Mila, dans lequel onze jeunes gens ont été condamnés à des peines de quatre à six mois de prison avec sursis pour cyberharcèlement. La veille, la justice française avait ordonné à Twitter de lui communiquer dans les deux mois des documents détaillant ses moyens de lutte contre la haine en ligne, à la suite de plaintes d'associations qui estiment que le réseau social manque de façon "ancienne et persistante" à ses obligations de modération.

Les médias en ligne ne sont pas les seuls concernés : la CNCDH appelle également les médias traditionnels à "ne pas contribuer à la transmission de clichés et de stéréotypes racistes", eux qui doivent en principe "les dénoncer". D'une manière générale, "la tolérance envers les minorités continue de progresser" d'année en année en France, souligne toutefois le rapport. Mais "certains préjugés" racistes ou xénophobes "restent très présents" en France, même s'ils reculent d'année en année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Racisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.