Info franceinfo Ultradroite : un homme présenté comme le leader des "Zouaves Paris" à nouveau interpellé

Sous contrôle judiciaire depuis sa mise en examen après des violences contre des militants de SOS Racisme lors d'un meeting d'Éric Zemour en décembre, Marc de Cacqueray-Valmenier était interdit de manifestation. Or samedi, il était dans les cortège des antivax.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Présenté comme le leader des "Zouaves Paris",un groupuscule d'ultradroite, Marc de Cacqueray-Valmenier avait été mis en examen pour des violence contre SOS Racisme au meeting d'Eric Zemmour du 5 décembre 2021. (COLIN BERTIER / AFP)

Marc de Cacqueray-Valmenier, présenté comme le leader du groupuscule d'ultradroite "les Zouaves Paris", a été à nouveau interpellé jeudi 20 janvier, en exécution d'un mandat d'amener d'un juge d'instruction, car il a enfreint son contrôle judiciaire en participant à une manifestation antivax à l'appel de Florian Philippot samedi dernier à Paris, a appris franceinfo de source proche de l'enquête et auprès du parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Ce dernier a requis son placement en détention provisoire. 

"Il était d'ailleurs l'un des chefs de cette manifestation, puisqu'on le voit avec un mégaphone pour évoquer des slogans", a commenté Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, le même jour sur franceinfo. Son contrôle judiciaire lui interdit pourtant de participer à toute manifestation. 

>> Ultradroite : ce que l'on sait des "Zouaves Paris"

Cet homme de 23 ans est placé sous contrôle judiciaire depuis le mois de décembre dernier. Il a été interpellé puis mis en examen après des violences contre des militants de SOS Racisme lors d'un meeting d'Éric Zemmour à Villepinte le 5 décembre.

Marc de Cacqueray-Valmenier est présenté comme le leader des "Zouaves Paris", un groupuscule d'ultradroite apparu en 2017, qui a été dissous le 5 janvier en Conseil des ministres car il appelait "à la haine et à la violence", propageait "un discours ouvertement raciste" et diffusait "régulièrement des images reprenant les symboles de l'idéologie nazie".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Racisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.