Surveillants agressés : grève dans deux tiers des prisons françaises

Ce lundi 15 janvier a été marqué par un mouvement de grève des surveillants de prison : 2/3 des 188 prisons ont été perturbées.

Colère et exaspération, c'est ce que sont venus crier les surveillants de la prison de Vendin-le-Viel (Pas-de-Calais) tôt ce lundi 15 janvier au matin. La semaine dernière, trois de leurs collègues ont été violemment agressés par un détenu radicalisé. Face à cette pression, le directeur de l'établissement leur annonce son départ : "Je considère que je ne peux plus gérer cet établissement dans des conditions de sérénité nécessaires pour gérer une structure aussi lourde, aussi difficile" a expliqué Richard Bauer devant les caméras de France 2.

"On nous demande de partir à la guerre"

Tous ces surveillants dénoncent l'insécurité au quotidien, et déclarent travailler la peur au ventre : "On nous demande de partir à la guerre contre des détenus qui sont armés, sans équipement, sans rien !", s'insurge l'un d'entre eux, à visage caché. Région lyonnaise, Toulon, Beauvais... Plus d'une centaine de prisons sont touchées par le mouvement. Un mouvement qui a tourné à l'affrontement à Fresnes (Val-de-Marne) entre surveillants et forces de l'ordre. "On est solidaires de vous, soyez-le de nous", hurlent-ils aux policiers. Les CRS font usage de gaz lacrymogènes et parviennent à débloquer l'accès de la prison. Mais les surveillants continuent de dénoncer le manque d'effectifs, et réclament que les détenus radicalisés ne soient plus mélangés au reste de la population carcérale.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gardiens de prison bloquent l\'entrée de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), le 15 janvier 2018.
Des gardiens de prison bloquent l'entrée de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), le 15 janvier 2018. (MAXPPP)