Prisons : la France condamnée par la Cour européenne des droits de l'Homme pour surpopulation carcérale

L'instance recommande à l'Etat "d'envisager l'adoption de mesures générales visant à supprimer le surpeuplement et à améliorer les conditions matérielles de détention", selon un communiqué publié jeudi.

Dans la prison de Poissy (Yvelines), le 14 août 2019.
Dans la prison de Poissy (Yvelines), le 14 août 2019. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a condamné, jeudi 30 janvier, la France pour les conditions de détention dans des prisons surpeuplées. Saisie par 32 détenus des prisons de Nice (Alpes-Maritimes), Nîmes (Gard), Fresnes (Val-de-Marne), Ducos (Martinique) et Nuutania (Polynésie), la CEDH recommande à l'Etat "d'envisager l'adoption de mesures générales visant à supprimer le surpeuplement et à améliorer les conditions matérielles de détention", selon un communiqué de presse diffusé par la Cour.

Au total, 71 828 personnes étaient incarcérées dans les prisons françaises au 1er avril 2019, selon le ministère de la Justice, ce qui constituait un nouveau record en France. Depuis 2011, la tendance a toujours été à la hausse. "Aujourd'hui, il y a plus de 1 600 personnes dans les prisons françaises qui dorment par terre sur des matelas. Il n'y a pas assez de lits", a déploré, en mai, sur franceinfo, François Bès, coordinateur du pôle enquête de l'Observatoire international des prisons.