Orne : retour sur les événements de la prison de Condé-sur-Sarthe

Depuis 9h45 mardi 5 mars, un détenu et sa compagne sont retranchés à l'intérieur de la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne). Ils ont grièvement blessé deux surveillants, mais leurs pronostics vitaux ne sont pas engagés. Récit de cette journée.

FRANCE 3

Il est 19 heures quand des détonations résonnent à la maison d'arrêt de Condé-sur-Sarthe (Orne). Cela fait dix heures que le face-à-face dure entre le couple retranché et la police accompagnée du Raid. Le détenu, Michaël Chiolo, 28 ans, a été condamné pour meurtre aggravé en 2012, et pour apologie du terrorisme en 2015. Il était depuis inscrit au FSPRT, le fichier des individus radicalisés.

Le caractère terroriste retenu

À 9h45 mardi 5 mars, lors d'une visite, sa compagne simule un malaise, puis tous deux se jettent sur les surveillants. "Nos deux collègues se sont fait agresser avec un voire deux couteaux en céramique", précise Philippe Devique du syndicat UFAP. Ces couteaux auraient pu être introduits par la compagne du détenu. Une arme qui ne sonne pas sous les portiques de détection. La police évoque un acte terroriste qui ne fait aucun doute.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une personne blessée est évacuée du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne), le 5 mars 2019.
Une personne blessée est évacuée du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe (Orne), le 5 mars 2019. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)