La marche comme alternative à la prison

Il existe déjà des alternatives à la prison pour les mineurs comme les centres d'éducation fermés ou la marche à pied, plus originale et plus rare, qui a profité à 200 jeunes en 18 ans.

Voir la vidéo
France 3

Ils marchent seuls sur les routes d'Italie avec 20 kg de paquetage sur le dos et 20 km à parcourir par jour. Dans la foulée de Bastien, éducateur, Hugo, 15 ans, multirécidiviste. Pour l'adolescent, tombé dans la spirale de la délinquance, cette marche est celle de la dernière chance. La juge qui suit son dossier lui a donné le choix : soit l'enfermement dans un centre éducatif, soit trois mois de marche pour se ressaisir.

La mécanique comme avenir

"Je me suis dit que trois mois dans ma vie ce n'était rien du tout. Je reprends un rythme de vie positif et je réfléchis à comment et pourquoi je suis arrivé ici", explique Hugo. 1 650 kilomètres pour réfléchir : l'Italie du nord au sud. C'est l'association Seuil qui propose cette peine alternative. Les règles sont strictes pour Hugo : pas de portable, pas d'internet et pas de musique. Une rupture totale avec sa vie de quartier où l'école ne faisait même plus partie de son quotidien. Le budget est serré : 30 euros par jour pour se nourrir et se loger à deux. Après sa marche, Hugo veut devenir apprenti mécanicien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Justice : la marche comme peine alternative pour les jeunes délinquants
Justice : la marche comme peine alternative pour les jeunes délinquants (France 3)