Cet article date de plus de deux ans.

"L'idée est vraiment de lui montrer la réalité" : à Fresnes, Emmanuel Macron rend visite aux personnels pénitentiaires

Le délégué syndical Ufap-Unsa de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), Frédéric Godet, a expliqué, vendredi sur franceinfo, que la visite d'Emmanuel Macron dans l'après-midi est l'occasion de lui montrer "la réalité" de ce que vivent les personnels.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La cour intérieur de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), le 11 janvier 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

La visite d'Emmanuel Macron, dans l'après-midi du vendredi 2 mars, à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) est l'occasion de montrer au président de la République "la réalité" de ce que vivent les personnels "tant sur la partie détention elle-même que sur la partie infrastructure existante", a expliqué Frédéric Godet, vendredi matin sur franceinfo. Le délégué syndical Ufap-Unsa de la prison a également insisté sur "la partie vieillissante de cette maison d'arrêt qui a besoin d'un grand coup de restructuration", alors qu'Emmanuel Macron doit s'exprimer, mardi, sur les grandes orientations de la réforme de la Justice que présentera Nicole Belloubet le 11 avril au Conseil des ministres.

Une visite pour se rendre compte de la situation

"L'idée est vraiment de lui montrer la réalité", a indiqué Frédéric Godet. À la prison de Fresnes, un quartier pour les radicalisés a été créé. "C'est la partie, la plus importante", a signalé le délégué syndical. Les personnels veulent que le président se rende compte "que ce quartier au sein d'une maison classique est complètement obsolète et surtout dangereux. Le quartier des radicalisés de Fresnes doit immédiatement fermer", s'est obstiné Frédéric Godet. Il réclame un quartier étanche comme cela se fait dans d'autres prisons.

Emmanuel Macron devrait passer 6 heures à Fresnes. Il a dit vouloir prendre le temps de rencontrer les personnels. "On va partir sur un principe de confiance. Il me paraît important qu'il puisse rencontrer tous les acteurs qui travaillent au sein de cette maison d'arrêt, a déclaré Frédéric Godet. Il a sollicité un entretien avec l'ensemble des représentants, que ce soit médical, les personnels de surveillance, y compris la partie renseignement pénitentiaire. Je pense qu'il ira voir aussi l'insalubrité et les cellules. Donc, voir la difficulté qu'ont nos collègues au quotidien et la surpopulation pénale", a rapporté le délégué syndical.

"Il me paraît important qu'il puisse rencontrer tous les acteurs qui travaillent au sein de cette maison d'arrêt" - Retrouver l'intégralité de l'interview de Frédéric Godet
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.